Important contrat pour Bombardier à Londres

Ces trains seront assemblés dans l'usine de Bombardier... (Image fournie par Bombardier)

Agrandir

Ces trains seront assemblés dans l'usine de Bombardier à Derby (centre de l'Angleterre) qui emploie 1600 personnes.

Image fournie par Bombardier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Bombardier a été choisi pour fournir les trains du projet de nouvelle ligne ferroviaire londonienne Crossrail, un contrat estimé à 1 milliard de livres (1,8 milliard de dollars), a annoncé jeudi le ministère britannique des Transports.

«Le contrat entre (la régie des transports londoniens) TfL et Bombardier porte sur la fourniture, la livraison et la maintenance de 65 nouveaux trains et d'un dépôt à Old Oak Common (ouest de Londres)», a indiqué le ministère.

L'attribution du contrat qui vise à désengorger les transports en commun saturés dans la capitale britannique, contient également une option pour 18 trains supplémentaires. Elle doit encore être formalisée à l'issue d'un délai de suspension de dix jours.

Ces trains seront assemblés dans l'usine de Bombardier à Derby (centre de l'Angleterre) qui emploie 1600 personnes.

Le gouvernement britannique avait lancé l'appel d'offres des trains Crossrail en février 2012 avec des règles favorisant la production des trains dans le pays et donc Bombardier, le seul constructeur encore implanté au Royaume-Uni.

Le groupe allemand Siemens avait annoncé en juillet son retrait de l'appel d'offres. Outre Siemens et Bombardier, le japonais Hitachi et l'espagnol CAF ont participé à cet appel d'offres.

La fixation des règles de l'appel d'offres était intervenue après de vives critiques à l'encontre du gouvernement britannique en raison de l'attribution en 2011 à Siemens du contrat portant sur la fabrication de trains pour la ligne Thameslink, au détriment de Bombardier.

Le Canadien avait ensuite annoncé la suppression de 1400 emplois à Derby, qui comptait alors environ 3000 employés.

Se disant «absolument ravi» que Bombardier ait été choisi, le patron de sa branche transports au Royaume-Uni, Francis Paonessa, a souligné que «la décision d'aujourd'hui récompense les efforts de l'ensemble de nos salariés au Royaume-Uni».

«Le projet Crossrail avance désormais à toute vapeur. La construction de ces nouveaux trains ne va pas seulement révolutionner le transport ferroviaire à Londres, elle va aussi créer des emplois et de la croissance dans leur lieu d'origine à Derby et dans l'ensemble du Royaume-Uni», a estimé le maire de Londres, Boris Johnson.

La ligne Crossrail doit traverser la capitale britannique d'est en ouest, reliant notamment le quartier d'affaires de la City à l'aéroport de Heathrow, aidant ainsi à fluidifier les transports en commun alors que la population de la capitale britannique doit passer de 8,4 millions à 10 millions d'ici 2030.

L'ensemble du projet, qui doit augmenter de 10% la capacité de transport ferroviaire de l'agglomération londonienne, est estimé à près de 15 milliards de livres. Il prévoit le creusement de 21 kilomètres de tunnels sous le centre de Londres.

Les trains de Crossrail, qui pourront transporter jusqu'à 1500 passagers, entreront en service sur le réseau actuel dès mai 2017 avant la mise en service de la ligne Crossrail en décembre 2018.

Le choix de l'opérateur ferroviaire sera annoncé fin 2014.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer