Source ID:63667; App Source:cedromItem

La Financière Power investit dans le placement robotisé

Wealthsimple, une PME techno-financière de Toronto, se démarque... (Photo archives AFP)

Agrandir

Wealthsimple, une PME techno-financière de Toronto, se démarque avec son système de gestion de placements en ligne et à très bas coûts.

Photo archives AFP

La Corporation Financière Power (T.PWF), qui dirige l'un des plus grands groupes d'entreprises de produits d'investissement au pays, investira 30 millions de dollars chez Wealthsimple, une PME techno-financière de Toronto qui se démarque avec son système de gestion de placements en ligne et à très bas coûts. Connue aussi comme «conseillers-robots», ou «robo-advisers» dans le jargon financier anglophone, cette technologie de gestion de placement a déjà retenu l'attention de géants américains des produits d'investissement comme Charles Schwab, Fidelity Investments et Vanguard. Depuis deux ans, ces firmes ont soit créé leur propre division de gestion de fonds en «conseillers-robots», soit acquis des participations importantes chez de jeunes firmes à succès avec cette nouvelle technologie financière.

Au Canada, la Corporation Financière Power, qui dirige l'un des plus importants groupes d'entreprises de produits d'investissement au pays, emboîte donc le pas à ses vis-à-vis américains.

Son investissement chez Wealthsimple est prévu par étapes jusqu'à 30 millions d'ici un an, pour une participation significative mais minoritaire. Et ce, moins d'un an après le début de ses activités, qui ont déjà atteint le premier millier de clients-investisseurs!

«Solution novatrice»

Selon Stéphane Lemay, vice-président de la Financière Power, «nous voyons dans Wealthsimple une façon de susciter l'intérêt des segments moins bien desservis de la population canadienne, comme la génération dite du Millénaire et ceux ayant des actifs plus modestes.

«Pour atteindre ce marché, Wealthsimple propose une solution novatrice qui complémente les créneaux desservis par nos autres marques de services financiers.»

Selon le fondateur et chef de la direction de Wealthsimple, Michael Katchen, 27 ans, qui se décrit à La Presse comme un geek de la finance et de l'investissement, cette affiliation avec la Financière Power constitue «un énorme vote de confiance en notre équipe et nos activités».

«Le secteur des services financiers est en évolution, et la génération du Millénaire [20-35 ans] recherche des services intelligents, transparents et peu coûteux. Nous sommes enthousiastes d'être à l'avant-plan de cette évolution au Canada», a-t-il indiqué.

Selon Michael Katchen, cette affiliation avec la Financière Power résulte de discussions amorcées il y a six mois avec Paul Desmarais III, petit-fils de feu Paul Desmarais et, depuis l'an dernier, vice-président du conglomérat financier.

Diplômé en économie et administration du Harvard College et de l'Insead, en France, et après un début de carrière chez Goldman Sachs aux États-Unis, Imerys en France et Great-West Lifeco au Canada, Paul Desmarais III est impliqué depuis des années auprès d'organismes canadiens de soutien aux jeunes financiers et entrepreneurs innovants.

«Nos discussions au fil des mois se sont vraiment alignées sur l'avenir des services financiers au Canada, particulièrement pour les jeunes qui sont en début de carrière et qui sont férus d'innovations. Paul Desmarais III s'est rapidement intéressé à ce que nous faisions chez Wealthsimple, jusqu'à nous proposer d'associer la Financière Power à son développement», a relaté Michael Katchen.

En une telle affiliation, Wealthsimple entend solidifier et accélérer même la réalisation d'un plan d'affaires qui, d'ici deux ans, cible une «entreprise vraiment nationale» avec des «dizaines de milliers de clients», qui lui auront confié près de 1 milliard de dollars en actif sous gestion.

Conserver l'autonomie

Par ailleurs, malgré la taille de son nouveau partenaire, Michael Katchen affirme que Wealthsimple conservera son autonomie de gestion et d'offre de services de gestion d'investissement par rapport aux filiales de la Financière Power.

À ce sujet, le vice-président Stéphane Lemay a indiqué qu'il est «trop tôt pour dire si, ou comment, les entreprises de notre groupe interagiront avec Wealthsimple ou bénéficieront de ses services».

Entre-temps, a-t-il indiqué, «nous croyons fermement que les Canadiens sont mieux préparés financièrement lorsqu'ils bénéficient de conseils financiers. Wealthsimple procure des conseils financiers à des segments de la population canadienne qui ne feraient typiquement pas appel à ces conseils ou qui n'y auraient tout simplement pas accès».




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer