Source ID:; App Source:

La Caisse obtient le statut d'investisseur institutionnel en Chine

La Caisse de dépôt et placement est devenue la deuxième société québécoise,... (Photo: Archives La Presse)

Agrandir

Photo: Archives La Presse

Sylvain Larocque
La Presse Canadienne
Montréal

La Caisse de dépôt et placement est devenue la deuxième société québécoise, après Power Corporation (T.POW), à obtenir auprès de la Chine le statut d'investisseur institutionnel admissible, ce qui lui permettra d'acheter des actions de catégorie À sur les marchés boursiers de Shanghai et de Shenzhen.

En vertu d'une autorisation accordée en août dernier par les autorités chinoises, la Caisse peut investir jusqu'à 200 millions $ US dans ces titres, indique le rapport annuel 2008 de l'institution.

Près de 80 banques et institutions financières étrangères ont obtenu le droit d'échanger des actions chinoises de catégorie A, cotées en yuans, depuis le lancement du programme des «Qualified Foreign Institutional Investors» (QFII), en 2003.

Power Corporation a acquis ce statut en octobre 2004 et a pu investir un montant initial de 50 millions $ US. La Banque Scotia (T.BNS) a reçu le même privilège en 2006, avec un quota de 150 millions $ US.

«Quand vous obtenez ce statut-là, c'est signe que vous commencez vraiment à être reconnu comme un ami de la Chine», a expliqué Denis Durand, associé principal de la firme Jarislowsky Fraser, au cours d'un entretien téléphonique.

«Vous pouvez participer aux premiers profits (des sociétés cotées) de la même manière que les investisseurs chinois, a-t-il ajouté. Vous êtes soumis à moins de conditions en termes de participation aux profits.»

Les investisseurs qui n'ont pas reçu le statut de QFII ne peuvent acheter à Shanghai et à Shenzhen que des actions de catégorie B, cotées en dollars US, ou se rabattre sur des titres chinois inscrits à Hong Kong ou sur d'autres places financières internationales. On se trouve alors exposé à un risque de change et à une prime par rapport au cours en yuans.

Maxime Chagnon, porte-parole de la Caisse, n'a pu dire si l'institution avait commencé à acheter des actions chinoises de catégorie A. La Caisse détient déjà plusieurs titres de sociétés chinoises acquis par le biais des Bourses de Hong Kong et de New York.

En 2008, Power Corporation a tiré un bénéfice avant impôts de 32 millions $ de ses investissements dans des actions chinoises de catégorie A, en nette baisse par rapport aux profits de 135 millions $ enregistrés en 2007, en pleine explosion boursière.

Le mandat de l'équipe de Power en Chine «consiste à découvrir des possibilités intéressantes de placement à long terme dans des entreprises chinoises affichant un bon potentiel de progression des bénéfices dans des secteurs favorisés par la croissance du PIB chinois», explique l'entreprise dans son plus récent rapport annuel.

L'action de Power Corporation a clôturé jeudi à 22,27 $, en hausse de 0,8 pour cent, à la Bourse de Toronto.

 




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer