Propriétaire du Groupe juste pour rire, Gilbert Rozon recevra environ 65 millions de dollars pour la vente de son entreprise à ICM Partners - le chiffre définitif ne sera établi qu'une fois comptabilisées toutes les considérations fiscales liées à la transaction.

Mis à jour le 22 mars 2018
Denis Lessard et Isabelle Massé LA PRESSE

Forcé de procéder à une vente rapide lorsque des accusations d'inconduite sexuelle se sont abattues sur lui l'automne dernier, Rozon a dû consentir à encaisser beaucoup moins qu'il n'aurait récolté dans une opération plus ordonnée. En raison des circonstances, Rozon perd au moins 50 millions par rapport à la valeur théorique de son entreprise, ont confié à La Presse des sources proches de la transaction.

Rozon se départit de la totalité de ses actions. La transaction ne prévoit pas explicitement le maintien du siège social et des activités francophones à Montréal, mais comme la société n'a pas d'activités comparables ailleurs, on est convaincu qu'il n'y aura pas de délocalisation. Il n'y a pas davantage d'engagement explicite à tenir un festival à Montréal pendant des années. La transaction conclue le 30 avril doit être avalisée à Ottawa par le ministère de Mélanie Joly, puisqu'elle se trouve dans le secteur culturel, mais on ne doute pas qu'elle sera approuvée.

Des questions se posent sur l'attitude à venir des gouvernements subventionnaires par rapport à deux événements d'humour concurrents à Montréal. Les humoristes regroupés sous le Grand Montréal comédie fest tiendront aussi un événement estival, qui peut déjà compter sur la commandite de Vidéotron.

« JE VEUX QUE CE FESTIVAL GROSSISSE »

On savait qu'ICM Partners reprenait le Groupe Juste pour rire. Depuis hier, l'actionnariat a un visage : celui d'Howie Mandel, qui soutient avoir lui-même pris contact avec les dirigeants. « Je ne suis pas l'approché, mais l'approcheur ! », lance-t-il.

L'animateur de Deal or No Deal, qui a participé à plusieurs galas Just for Laughs, ne cachait pas sa joie, en conversation téléphonique avec La Presse. « C'est probablement la chose la plus excitante de toute ma vie ! C'est le plus gros deal de ma carrière. »

L'animateur et humoriste a d'abord oeuvré en commerce de détail, puis en immobilier. « J'adore les affaires ! Et je sais que dans le mot show-business, le mot business est beaucoup plus important. C'est la raison pour laquelle je me suis impliqué dans la production de mes propres spectacles et émissions. Devenir partenaire de Juste pour rire ne représente donc pas un gros saut pour moi, mais un gros projet. »

Howie Mandel s'est notamment donné comme mission de faire connaître le festival auprès d'un public mondial. « En tant qu'entertainer, c'est mon travail d'être un porte-parole, de connecter tout le monde, grâce au pouvoir des réseaux sociaux et d'autres plateformes médias », a dit le Torontois d'origine, qui travaille surtout aux États-Unis.

« ACCROÎTRE SA NOTORIÉTÉ »

À ses yeux, Juste pour rire/Just for Laughs n'a pas la reconnaissance qu'il mérite. « J'ai toujours senti que ce festival était LE lieu de l'humour, mais qu'il fallait accroître sa notoriété. Je veux faire tourner les yeux vers ici. »

Howie Mandel viendra à Montréal sur une base régulière, autant en tant que partenaire qu'humoriste. Il tient à s'asseoir avec les gens ici. Et, avoue-t-il, à en apprendre davantage sur le volet francophone de l'entreprise. « L'endroit qui m'a d'abord soutenu et donné une tape sur l'épaule, c'est Montréal, se remémore-t-il. C'est à Montréal que j'ai vendu mes premiers billets de spectacles. »

Il laissera à la direction en place la gestion de l'entreprise, la préparation des programmations. « Des Bruce Hills, entre autres, font leur travail à la perfection, juge-t-il. On ne remplacera pas les gens, on ne reverra pas la mission de l'entreprise. Je veux voir dans quelle mesure et à quel niveau on a besoin de moi, pour savoir comment faire grossir le festival. D'ailleurs, le fait que ce festival ait deux volets fait sa force. C'est ce qui le rend international. »

Il jure que le prochain festival aura lieu comme prévu, du 14 au 28 juillet, et ne lève pas le nez sur le groupe d'humoristes impliqués dans Le Grand Montréal comédie fest. « Je leur souhaite de réussir, lance Howie Mandel. De mon côté, je suis ouvert à tout. La porte est grande ouverte. En fait, il n'y a pas de portes ! Rien de négatif, rien d'autre que des rires, ne devrait émerger quand on parle d'humour. »

QUI EST HOWIE MANDEL ?

Howie Mandel est d'abord connu comme animateur et producteur d'émissions de télé américaines. Il est juge à l'émission America's Got Talent et a animé la version américaine du très populaire jeu Deal or No Deal (Le banquier), de 2005 à 2009. Il exerce le métier d'humoriste depuis 40 ans. Il a animé des galas Just for Laughs à Montréal à plusieurs reprises et aussi à Toronto en 2007. Né à Toronto, il a 62 ans et réside à Los Angeles. Il reprend la barre de Deal or No Deal cette année.

Photo Aaron Davidson, archives Agence France-Presse

Howie Mandel