Un ex-employé du Cirque du Soleil réclame 1,7 million de dollars à l'organisation pour congédiement injustifié. La poursuite a été déposée hier en Cour supérieure, à Montréal.

Francis Vailles LA PRESSE

L'Américain Michael William Fauls, 59 ans, a été remercié le 5 novembre dernier. L'homme travaillait pour le Cirque depuis 2004, ayant notamment été le gestionnaire de la tournée de spectacles mondiale Varakei, selon la poursuite, de même que du show Zed, au Japon.

Sans préavis ni justification précise, M. Fauls a dû quitter son travail, abandonner la résidence qui lui était prêtée par le Cirque au Japon et rapatrier sa famille aux États-Unis, est-il écrit dans la requête.

Plus tard, on lui a indiqué par lettre d'avocat qu'il avait des problèmes de rendement depuis plus d'un an. M. Fauls met en doute cette justification, du fait, notamment, de sa prime annuelle reçue en mai 2009 de quelque 10 000$US, soit 150% de la cible suggérée.

Problèmes d'assurances

Le congédiement lui cause des problèmes notamment en raison du fait qu'il est en rémission d'un cancer et qu'il n'est plus assurable par un régime d'assurance santé.

Il réclame au Cirque deux ans de rémunération et de bonus, de même que des dommages exemplaires de 200 000$. Il demande le même type de dommages pour sa conjointe, qui a elle aussi dû quitter le Cirque, pour lequel elle travaillait au Japon.

Des dommages sont également réclamés pour les deux jeunes enfants du couple, pour un total de 1,7 million. Au moment de mettre sous presse, le Cirque n'avait pas rappelé La Presse.