Source ID:78437570abf53219a24af0e7025945ec; App Source:StoryBuilder

Radio: le marché de Québec est saturé, tranche le CRTC

Quatre des neuf stations de radio privées à... (Photo SIMON GIROUX, archives La Presse)

Agrandir

Quatre des neuf stations de radio privées à Québec sont déficitaires (excluant Radio-Canada, où il n'y a pas de publicité à la radio).

Photo SIMON GIROUX, archives La Presse

Neuf stations de radio privé à Québec, c'est suffisant, tranche le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes.

Même s'il reste une fréquence radio disponible sur la bande FM à Québec (le 105,7), le CRTC a décidé de ne pas l'octroyer pour des raisons commerciales, estimant que « le marché radiophonique de Québec ne peut accueillir une autre station de radio commerciale à l'heure actuelle. » L'organisme réglementaire, qui attribue les licences télé et radio au pays, pense que « les revenus et les parts d'écoute sont bien distribués parmi les principaux groupes du marché » à Québec et qu'une nouvelle station de radio grugerait les revenus publicitaires des stations existantes. Quatre des neuf stations de radio privées à Québec sont déficitaires (excluant Radio-Canada, où il n'y a pas de publicité à la radio).

Quatre entreprises comptaient se disputer la dernière fréquence disponible sur la bande FM. Patrice Demers, qui a été propriétaire de CHOI Radio X de 1996 à 2007, souhaitait notamment lancer une nouvelle radio musicale. « Il y a définitivement un besoin pour une nouvelle station musicale, vu la réorientation des stations autrefois dédiées à la diffusion d'un format musical, vers un format talk », écrit Patrice Demers, propriétaire de Genex Communications, au CRTC. Les trois autres entreprises intéressées au 105,7 FM à Québec étaient Attraction Radio, qui opère 15 stations de radio régionales, le Groupe Radio Evanov, qui opère 17 stations de radio au Canada dont deux à Montréal (980 AM et 106,7 FM), ainsi que les partenaires d'affaires Gilles Lapointe et Nelson Sergerie. Le Groupe Radio Evanov voulait lancer une deuxième station de radio anglophone à Québec, après CBC Radio One (104,7 FM).

Pour savoir s'il allait autoriser la création d'une dixième station de radio à Québec, le CRTC s'est essentiellement posé la question suivante : le marché publicitaire de Québec peut-il absorber une nouvelle station de radio commerciale ? Le CRTC a conclu que non, notant que les revenus des stations de radio de Québec ont diminué depuis 2014. Soit, quatre des cinq groupes de propriété radio (RNC Média, Bell Média, Cogeco Média, Leclerc Communication et Média ClassiQ) ont été rentables. Sauf que quatre des neuf stations de radio sont déficitaires. Les cinq groupes radio déjà présents à Québec se sont tous opposés à l'arrivée d'une dixième radio.

Ce n'est pas la première fois que le CRTC examine la question à savoir s'il faut ajouter une station de radio à Québec. En 2010, le CRTC avait refusé trois demandes en ce sens, estimant que le marché publicitaire de Québec ne permettait l'arrivée d'une nouvelle station. « La situation financière du marché s'est détériorée depuis », écrit le CRTC dans sa décision rendue ce matin.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer