Source ID:557ee969-8b4f-4527-8967-06544a76d308; App Source:alfamedia
Exclusif

Bientôt à l'affiche: des films carboneutres tournés au Québec

Le Bureau du cinéma et de la télévision... (Photo Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Le Bureau du cinéma et de la télévision du Québec espère obtenir la certification des « plateaux de tournage verts » de la Producers Guild of America (PGA), l'association de producteurs hollywoodiens, d'ici trois ans.

Photo Alain Roberge, Archives La Presse

« À devis égal, on va choisir la proposition verte... » C'était il y a déjà deux ans. Mais le PDG du Bureau du cinéma et de la télévision du Québec (BCTQ), Pierre Moreau, n'a pas oublié cette phrase lancée par un dirigeant de studio d'Hollywood au cours d'une conversation. Et il veut maintenant faire de Montréal l'une des villes les plus vertes en matière de tournages de cinéma.

D'ici cinq ans, le BCTQ se donne comme objectif que tous les tournages hollywoodiens au Québec soient carboneutres. « C'est un changement important qui va se passer [les tournages verts]. Nous voulons être parmi les premiers en Amérique du Nord [à prendre le virage vert]. Tout le monde s'en va vers ça, et c'est ce qu'il faut faire », dit Pierre Moreau, en entrevue à La Presse.

Comment tourne-t-on un film carboneutre ? Premièrement, en réduisant la consommation d'eau et d'énergie sur le site (ex. : consommer de l'eau du robinet au lieu de donner des bouteilles d'eau à l'équipe de tournage). Deuxièmement, en recyclant ou en donnant les matières résiduelles de tournage, autant les costumes que les structures en bois ou en métal. Troisièmement, en réduisant au minimum les pertes de nourriture sur le plateau, avec du compostage ou des dons à des organismes de bienfaisance. Et quatrièmement, en compensant la pollution engendrée par les transports nécessaires au tournage du film (ex. : les vols d'avion). Pour cette dernière partie, les studios sont prêts à s'assurer que le transport des acteurs soit carboneutre, selon le BCTQ.

Objectif : certification d'ici trois ans

Le Bureau du cinéma veut ainsi obtenir la certification des « plateaux de tournage verts » de la Producers Guild of America (PGA), l'association de producteurs hollywoodiens, d'ici trois ans. Selon la PGA, cinq bureaux de cinéma à travers le monde - dont celui de la Colombie-Britannique - ont déjà lancé des initiatives vertes sur leurs plateaux de tournage.

Depuis quelques mois, le BCTQ est déjà au travail pour réduire l'empreinte environnementale des tournages au Québec. Avec l'aide du gouvernement provincial et de Recyc-Québec, l'organisme responsable d'attirer des tournages étrangers au Québec a évalué l'empreinte des tournages en termes de gaz à effet de serre.

« Nous voulions mesurer où nous sommes. [...] Nous avons une réception formidable de l'industrie [québécoise du cinéma] », explique Pierre Moreau.

Le BCTQ compte présenter à l'industrie un plan d'action concret sur trois ans afin de réduire l'empreinte environnementale des tournages. Le Bureau du cinéma demandera aussi la collaboration des différents ordres de gouvernement, dont les villes. Un exemple ? « Recycler les déchets n'est pas très compliqué, mais il faut une poubelle accessible à proximité à 2 h du matin quand le tournage se termine », dit Pierre Moreau.

Que fait Hollywood pour l'environnement ?

À l'occasion du Jour de la Terre, le 22 avril dernier, les six studios membres de la Motion Picture Association of America (MPAA) ont dévoilé leurs actions pour l'environnement. En voici quelques exemples.

Walt Disney

  • Un fonds environnemental financé par des dons de l'entreprise liés aux revenus du premier week-end en salle des films de Disney
  • Diminution des émissions de gaz à effet de serre de 41 % entre 2012 et 2017

Paramount 

  • Réduction de 1,8 milliard de kilowattheures (kWh) en 2017
  • Réduction de 1,6 milliard de gallons d'eau en 2017

Sony Pictures

  • Objectif d'avoir une empreinte environnementale nulle d'ici 2050
  • Réduction annuelle de 38 % de la consommation d'énergie

20th Century Fox

  • Durant le tournage du film The Post : taux de récupération des déchets de 80 %, 2600 repas donnés aux banques alimentaires de New York et réduction des gaz à effet de serre équivalant à 32,5 tonnes

NBCUniversal

  • Don de 300 tonnes de matériel de construction utilisé dans des tournages à Vancouver, Los Angeles et Atlanta
  • Des lumières DEL pour environ 45 % du plateau de lumières du studio

Warner Bros.

  • Don de 57 000 articles et de 12 519 kg de repas à 67 organismes sans but lucratif
  • Construction d'un plateau de tournage qui aura plusieurs aspects écoénergétiques, dont un système d'énergie solaire

Source : MPAA




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer