La réforme fiscale de Donald Trump, qui a abaissé en début d'année les taux d'imposition des entreprises, a plombé les investissements directs étrangers à travers le monde au premier trimestre, les groupes américains rapatriant massivement leurs bénéfices, a indiqué vendredi l'OCDE.

Mis à jour le 27 juill. 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

Les investissements directs étrangers ont plongé de 242 milliards de dollars au dernier trimestre 2017 à 136 milliards lors des trois premiers mois de cette année, soit près de la moitié, a précisé une étude de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE).

«Ce changement de tendance est dû en grande partie à un important rapatriement des bénéfices des filiales américaines par leur maison mère» qui ont conduit à une importante chute du montant des investissements directs américains à l'étranger.

À long terme, l'OCDE estime que la réforme fiscale américaine, promulguée à la fin de l'année dernière, pourrait «avoir un impact significatif et de longue durée», même si elle reconnaît qu'il est difficile de faire des prévisions tant que les mesures prises par les autres pays pour répondre à la réforme de M. Trump ne sont pas connues.

La réforme fiscale abaisse officiellement le taux d'imposition des entreprises américaines de 35 à 21%.

Au total, les coupes d'impôts vont coûter 1500 milliards de dollars au budget américain sur dix ans, dont une partie devrait être compensée, selon l'administration Trump, par les revenus générés par une plus forte croissance.