Source ID:; App Source:

Pékin affirme que les entreprises étrangères ne sont pas discriminées

Des compagnies telles que Apple et Starbucks ont... (Photo JOHANNES EISELE, AFP)

Agrandir

Des compagnies telles que Apple et Starbucks ont parfois vu leurs pratiques critiquées par la presse chinoise.

Photo JOHANNES EISELE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PÉKIN

Les autorités chinoises ont affirmé samedi que leurs lois antimonopole ne faisaient aucune distinction entre les entreprises étrangères et nationales à la suite d'une série de contrôles et d'enquêtes effectués dans des compagnies internationales.

Dans un communiqué, le ministère du Commerce souligne que le géant informatique Microsoft et le constructeur automobile allemand Mercedes-Benz ont été contrôlés, tout autant que la filiale chinoise du groupe agroalimentaire américain OSI.

Le porte-parole du ministère, Shen Danyang, a indiqué que les enquêtes anti-monopolistiques avaient pour but de promouvoir une juste compétition et de protéger les droits du consommateur.

Il a relevé que de tels contrôles étaient une pratique courante au niveau international.

«Depuis que les lois antimonopole sont entrées en vigueur il y a six ans, des entreprises étrangères et nationales ont fait l'objet de contrôles en vertu de ces lois», précise le communiqué de M. Danyang qui a été diffusé par l'agence officielle Chine Nouvelle.

M. Shen a toutefois insisté sur le rôle important et positif joué par les entreprises étrangères dans le développement économique et social de la Chine depuis plus de 30 ans, alors que d'autres entreprises étrangères, dont le géant pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK), ont également déjà fait l'objet d'enquêtes.

En outre, des compagnies telles que Apple et Starbucks ont parfois vu leurs pratiques critiquées par la presse chinoise.

Mercredi, les autorités chinoises ont promis de sanctionner ce qu'elles considèrent comme «les pratiques monopolistiques» des constructeurs allemand Audi et américain Chrysler.

Deux jours auparavant, elles ont perquisitionné un bureau à Shanghai de Mercedes-Benz.

Douze entreprises japonaises font également l'objet de contrôles, mais elles n'ont pas jusqu'ici été identifiées.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer