Le produit intérieur brut (PIB) de la Grèce s'est contracté de 6,2% au deuxième trimestre 2012 sur un an, après une contraction de 6,5% au premier trimestre, selon les premières estimations rendues publiques lundi par l'autorité des statistiques grecques.

Publié le 13 août 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

Alors que le pays traverse sa cinquième année de récession, les institutions financières n'ont cessé ces derniers mois de mettre en garde contre une récession en 2012 pire que prévu, la Banque de Grèce tablant désormais sur une chute du PIB annuel de 4,5%, après un recul de 6,9% en 2011.

Dans son dernier rapport sur la Grèce, la Commission européenne a également renvoyé à 2014 le retour à la croissance.

Le nouveau gouvernement du conservateur Antonis Samaras soutenu par les socialistes et la gauche modérée a fait du retour à la croissance sa priorité, alors que le taux de chômage a aussi explosé, s'établissant à 23,1% en mai.

Mais la reprise d'une économie tirée par la consommation intérieure est entravée par l'austérité budgétaire imposée au pays surendetté par ses bailleurs de fonds UE, BCE et FMI, et par le retard pris dans les réformes structurelles.

Le gouvernement doit ainsi présenter en septembre à la troïka représentant ses créditeurs un nouveau paquet de mesures d'économies de 11,5 milliards pour les années 2013 et 2014, qui doivent notamment inclure de nouvelles réductions ciblées de salaires dans la fonction publique et de retraites.

Ce tour de vis impopulaire est une condition préalable au déblocage, crucial pour le pays au bord de la cessation de paiment, de la tranche de plus de 31 milliards d'euros du prêt UE-FMI de 130 milliards accordé au pays en hiver.

Un cacique du parti de la chancelière allemande Angela Merkel, Michael Fuchs, a réiétéré dans un entretien lundi au quotidien allemand Handelsblatt que l'Allemagne mettrait son «veto» à de nouvelles aides européennes à la Grèce si elle jugeait qu'Athènes «n'a pas rempli ses obligations».

Pour assurer la poursuite du soutien au pays en échange de ce nouvel effort, ainsi qu'un éventuel délai supplémentaire souhaité par Athènes pour assainir ses finances, M. Samaras recevra le 22 août à Athènes le chef de file de la zone euro, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker.

Il doit aussi rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin le 24 août, puis le président français François Hollande le 25 août à Paris.