Une tour d'appartements à prix raisonnable pour attirer les familles, un immeuble incluant une épicerie Adonis, des condos et des restaurants, deux complexes d'habitations, dont un avec une garderie et un hôtel Alt. Avec ses quatre projets totalisant 800 millions, Devimco veut changer la face du quartier Griffintown, quitte à se compliquer la vie.

Marie-Eve Fournier LA PRESSE

«Les projets à usage mixte, c'est plus difficile à faire. Mais vu que c'est difficile, j'ai moins de compétition! Moi, je m'intéresse seulement aux gros défis. Peu d'entreprises sont capables de faire le genre de projet que je fais ou s'y intéressent», a confié le président de Devimco Immobilier, Serge Goulet, à La Presse Affaires en marge d'un point de presse visant à détailler ses projets.

Le nom Devimco est surtout connu pour son centre commercial Quartier DIX30, à Brossard. Comme nous l'avons récemment révélé, ses cofondateurs (Serge Goulet et Jean-François Breton) ont décidé de créer deux entités ayant chacune leur expertise. Carbonleo, présidée par Jean-François Breton, se concentre sur le secteur du commerce de détail.

Devimco Immobilier, gérée par Serge Goulet, développera pour sa part des projets résidentiels combinant des commerces et des bureaux. «C'est fini, les tours de condos qui manquent de vie. C'est plus coûteux, mais c'est ma vision d'investissement.» Pour le moment, il investit surtout dans Griffintown, un quartier qui n'est plus «en devenir», étant donné qu'il «attire les deuxièmes acheteurs», croit-il.

Dès le mois prochain, il entamera la construction d'une tour de 257 logements locatifs de 60 millions de dollars certifiée LEED. Il s'agirait de «l'un des plus importants projets de logements locatifs des 10 dernières années dans l'île de Montréal». L'homme d'affaires croit beaucoup dans son projet, compte tenu du faible taux d'inoccupation des logements à Montréal (2,8%, selon les données les plus récentes de la Société canadienne d'hypothèques et de logement) et du fait que les règles fédérales d'accès au crédit ont été resserrées.

À la SCHL, on confirme que le nombre de mises en chantier d'appartements est «historiquement bas». «Il s'en est construit 2345 l'an dernier, et environ 50% étaient destinés aux personnes âgées. À titre de comparaison, il s'est construit 11 881 condos dans la région de Montréal», rapporte Bertrand Recher, analyste principal de marché à la SCHL.

Pour attirer les familles, la tour de Devimco - qui n'a pas encore été baptisée - comptera une bonne proportion de grands appartements de trois chambres (de 1300 à 1550 pi2). Et les prix seront «raisonnables». «Ça permet un accès à la propriété. Ce n'est pas tout le monde qui peut s'acheter un condo. D'autres n'en ont pas le goût, comme les baby-boomers qui veulent garder le capital obtenu lors de la vente de leur maison pour voyager», a mentionné Serge Goulet, précisant qu'une garderie de 60 places ouvrira ses portes dans le projet Griffin sur le parc, à proximité.

Devimco ne craint pas que ses logements fassent concurrence à ses deux tours de condos pratiquement terminées (Griffin sur l'eau et Griffin sur le parc). «Nous avons fixé des prix sous la moyenne du marché pour ne pas accueillir juste les plus fortunés. [...] Nous visons une clientèle différente, des jeunes, des familles, des gens qui veulent un pied-à-terre.» L'escompte serait de 100 à 150$ par mois.

Adonis dans Griffintown?

Devimco commencera aussi, dans un mois, la construction de son plus gros complexe dans Griffintown. L'immeuble abritera 450 condos, ainsi que plusieurs commerces ayant un accès sur la rue. On y trouvera aussi une épicerie de 32 000 pi2 au deuxième étage, accessible depuis un immense hall d'entrée «de 30 pieds de haut».

Une entente a été signée avec Metro, même si IGA avait démontré de l'intérêt pour l'emplacement, en raison de son offre «impossible à refuser». Serge Goulet a bon espoir que ce soit l'épicerie ethnique Adonis qui s'installe dans son projet puisque «c'est le gros bon sens [et que cette enseigne] correspond au profil démographique du quartier».

Du côté de Metro, la porte-parole Marie-Claude Bacon ne pouvait rien confirmer hier après-midi. «La décision n'a pas été prise. Mais c'est vrai qu'on évalue si ce serait mieux Metro ou Adonis.» Rappelons qu'une épicerie Metro se trouve déjà à un jet de pierre de Griffin sur Peel, dans les locaux de l'ÉTS (angle Notre-Dame et de la Montagne). Adonis a été acquise par Metro à l'automne 2011.

Malgré les nombreuses grues au travail dans Griffintown et dans le coin du Centre Bell, Devimco ne craint pas que l'offre dépasse la demande, compte tenu de la croissance démographique, des divorces et du retour en ville provoqué par la congestion routière, a énuméré son président. Mais Serge Goulet admet qu'il assiste à un ralentissement dans la «vélocité des ventes». Il a d'ailleurs réagi en construisant des unités plus petites. «Notre tour locative est une autre réponse à ça.»

Serge Goulet a par ailleurs rappelé que ses premiers condos dans le quartier Griffintown seront livrés cet été, après huit ans de travaux, de pourparlers et de consultations avec la Ville de Montréal. Pendant la même période, l'homme d'affaires a eu le temps de construire presque entièrement le Quartier DIX30, à Brossard, un immense projet de 3 millions de pieds carrés (deux fois la superficie du 1001 de La Gauchetière). «Il va falloir que le privé, les arrondissements et la ville centre réfléchissent pour trouver une méthode de travail plus efficace.»

En ce moment, le coût de construction des quatre projets s'élève à 360 millions. À terme, ils totaliseront 800 millions, prévoit Devimco.