La conjoncture commence enfin à être plus favorable pour le secteur manufacturier canadien, souligne un sondage réalisé auprès de 150 dirigeants de fabricants canadiens publié hier par les experts-comptables KPMG. Reprise américaine, dévaluation du huard, coût raisonnable de l'énergie et qualité uniforme des produits amènent les fabricants canadiens à abandonner, après huit ans de misère, leur stratégie de survie et à mettre le cap sur l'accroissement des revenus.

André Dubuc LA PRESSE

Retour à la stratégie de croissance

> 81% des fabricants canadiens mettent la croissance des ventes en priorité;

> 49%, la réduction des coûts;

> 38%, la hausse des revenus.

Source: KPMG, «Coup d'oeil sur le secteur manufacturier canadien 2014»

Chine et Inde tombent en défaveur

> 14% des fabricants pensent s'approvisionner en Chine (c'était 31% en 2013);

> 3% envisagent des achats de fournitures en Inde (comparativement à 12% en 2013).

Source: KPMG 2014

Dix «mégaforces» à surveiller

Selon KMPG, elles influeront sur les échanges commerciaux pour les 20 prochaines années: changements climatiques, énergie, pénurie des ressources matérielles, rareté de l'eau, croissance démographique, richesse, urbanisation, pénurie alimentaire, déforestation, détérioration des écosystèmes.

Occasions à saisir: l'innovation radicale

Seulement 15% des fabricants canadiens ont une stratégie d'innovation radicale, par opposition à l'innovation progressive, révèle le sondage des experts-comptables KPMG.

L'innovation radicale s'effectue en lançant de nouveaux produits ou en implantant des processus de fabrication inédits.

L'innovation progressive se contente d'améliorer un produit ou une technologie existants.

Occasions à saisir: la chaîne d'approvisionnement

«Le rendement des fournisseurs, avec le risque, la fiabilité et la qualité qui y sont associés, est aujourd'hui la principale difficulté des fabricants canadiens (34%)», selon les experts de KPGM.

-------------------

LE SECTEUR MANUFACTURIER AU CANADA

> 80 000 entreprises manufacturières

> 591 milliards en revenus

> 1,8 million d'emplois

> Le tiers des exportations canadiennes

Source: KPMG