Les ventes des fabricants ont reculé de 8% en décembre dernier pour se chiffrer à 44,2 milliards de dollars par rapport au mois précédent, enregistrant ainsi leur plus importante diminution mensuelle en pourcentage depuis janvier 1992.

Mis à jour le 16 févr. 2009
LA PRESSE CANADIENNE

Ce mois correspond au début des calculs de ces données dans leur forme actuelle.La baisse est attribuable à la diminution à peu près égale des volumes et des prix.

La baisse dans les ventes a été généralisée alors que 20 des 21 industries ont affiché des pertes, a souligné Statistique Canada, lundi, en publiant son Enquête mensuelle sur les industries manufacturières.

Les ventes des fabricants de l'industrie des produits du pétrole et du charbon ont notamment fléchi de 18,4% pour s'établir à 4,4 milliards. Celles-ci ont diminué de près de 3,8 milliards par rapport au sommet de 8,2 milliards atteint en juin 2008.

La baisse des prix explique en grande partie la valeur plus faible des ventes.

Une autre baisse notable a été observée du côté de l'industrie des véhicules automobiles, où les ventes ont diminué de 14,2% pour se fixer à 3,2 milliards. La fabrication de pièces de véhicules automobiles a reculé de 17,6% alors que les fabricants de pièces ont dû faire face à une baisse marquée de la demande des usines d'assemblage de véhicules automobiles.

L'industrie de l'impression et des activités connexes de soutien a été la seule à enregistrer une hausse, soit de 0,1%.

Toutes les provinces, sauf l'Île-du-Prince-Édouard, ont enregistré une diminution des ventes des fabricants en décembre, les baisses ayant varié entre un recul de 14,2% en Nouvelle-Ecosse et en Saskatchewan et un repli de 2,4% au Manitoba.

Les ventes des fabricants de l'Ontario ont diminué de 9,2% pour se chiffrer à 20,3 milliards.

Au Québec, les ventes des fabricants ont enregistré une baisse de 5,3% attribuable aux industries des produits du pétrole et du charbon et des métaux de première transformation.

Les ventes des fabricants des provinces de l'Atlantique ont diminué de 8,7%, ce qui reflète encore une fois le recul de taille des prix des produits pétroliers.

Par ailleurs, à la suite d'un repli de 0,8% en novembre, les niveaux des stocks ont enregistré une nouvelle baisse de 1,9% pour se fixer à 66,4 milliards en décembre.

Le ratio des stocks aux ventes a ainsi progressé pour atteindre 1,50, soit un niveau qui n'avait pas été observé depuis octobre 2001. Ce bond de neuf points a constitué la plus importante variation mensuelle observée depuis le début de la série actuelle en 1992, portant ainsi le ratio bien au-dessus de sa moyenne sur trois ans de 1,31.

Le rapport des stocks aux ventes est une mesure du temps (en mois) qui serait nécessaire pour épuiser les stocks au rythme actuel des ventes.