Source ID:; App Source:

Le Congrès autorise Porto Rico à restructurer sa dette

Autrefois prospère, l'île de 3,5 millions d'habitants a... (ARCHIVES AP)

Agrandir

Autrefois prospère, l'île de 3,5 millions d'habitants a amorcé son déclin économique en 2006 avec la fin d'exonérations fiscales massives qui avaient attiré de grandes multinationales et dopé l'activité.

ARCHIVES AP

Agence France-Presse
Washington

Le territoire américain de Porto Rico, en proie à une grave crise budgétaire, a été autorisé mercredi par une loi du Congrès à restructurer sa dette abyssale, deux jours avant une échéance cruciale pour l'archipel.

Aux termes du projet de loi adopté par le Sénat, l'île des Caraïbes se voit exceptionnellement octroyer le droit de renégocier sa dette sans risquer d'être poursuivie en justice par ses créanciers.

En contrepartie, le territoire qui croule sous une dette de quelque 70 milliards de dollars sera virtuellement placé sous la tutelle financière des États-Unis à qui il a été rattaché à la fin du XXe siècle.

Ce projet bi-partisan, qui doit désormais être signé par le président Barack Obama, a été adopté alors que Porto Rico s'apprêtait à faire défaut sur 2 milliards de dollars de dette dus à ses créanciers vendredi.

«Cette loi n'est pas parfaite mais c'est un premier pas crucial vers un redressement économique et elle redonne espoir aux millions d'Américains originaires de Porto Rico», a salué M. Obama dans un communiqué.

Autrefois prospère, l'île de 3,5 millions d'habitants a amorcé son déclin économique en 2006 avec la fin d'exonérations fiscales massives qui avaient attiré de grandes multinationales et dopé l'activité.

Depuis, la récession économique et la chute des recettes ont fait gonfler la dette du territoire, dont les caisses sont vides et qui a dû faire récemment défaut sur une partie de sa dette.

Pour faire face à ses futures obligations, la loi met en place un comité de supervision qui aura la charge de négocier avec les créanciers de l'île, qui s'étaient rués en masse sur Porto Rico en raison de forts rendements.

Les promoteurs de la loi, dont le chef de file des républicains Paul Ryan, ont toutefois insisté sur le fait qu'aucune assistance financière fédérale ne serait apportée à l'île.

Ce dispositif «protège les contribuables américains d'un renflouement du territoire», a assuré M. Ryan.

Selon ses promoteurs, cette loi ne pourra par ailleurs être invoquée par d'autres États fédérés américains qui, contrairement aux villes comme Detroit, ne peuvent se déclarer en faillite.

Les démocrates se sont ralliés à l'initiative tout en regrettant que la loi ne dessine pas de pistes pour relancer l'économie porto-ricaine.

«Si les démocrates avaient écrit cette loi, elle serait bien différente du texte voté aujourd'hui», a affirmé le chef de file des démocrates au Sénat Harry Reid.

La coalition d'ONG de lutte contre la pauvreté Jubilee USA a, elle, salué le vote de cette loi, assurant qu'elle freinait les «comportements prédateurs» des créanciers.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer