Source ID:; App Source:

Le pétrole poursuit sa baisse à New York

Déjà en baisse de plus d'un dollar la... (PHOTO KAREN BLEIER, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Déjà en baisse de plus d'un dollar la veille, le cours du baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en décembre a perdu 1,18 $US à 41,75 $US sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

PHOTO KAREN BLEIER, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les cours du pétrole ont de nouveau baissé jeudi à New York, après que l'annonce d'une hausse des réserves américaines de brut a accentué les craintes, déjà nombreuses, d'un excès de l'offre.

Déjà en baisse de plus d'un dollar la veille, le cours du baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en décembre a perdu 1,18 $US à 41,75 $US sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), tombant pour le deuxième jour de suite au plus bas niveau de clôture d'un contrat de référence depuis la fin août.

Les cours, qui s'étaient stabilisés à partir de septembre autour de 45 $US le baril, rechutent depuis le début novembre.

«La production reste élevée, que ce soit aux États-Unis ou dans le reste du monde», a résumé Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Jeudi, «le marché est resté sous pression après avoir observé une hausse hebdomadaire des réserves de pétrole brut» aux États-Unis, a-t-il précisé.

Les stocks de brut ont augmenté de plus de quatre millions de barils la semaine dernière aux États-Unis, ce qui les ramène à moins de cinq millions de leurs records, et la production a de nouveau monté, selon des chiffres publiés par le Département américain de l'Énergie (DoE).

Même si ces chiffres sont moins élevés que les estimations privées de la fédération American Petroleum Institute (API), ils dépassent largement les prévisions des économistes interrogés par l'agence Bloomberg.

Les chiffres du DoE n'ont fait que confirmer la déprime du marché, qui s'orientait déjà dans le rouge avant leur publication face à des perspectives internationales peu engageantes.

«Le rapport mensuel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) n'a rien fait pour soulager les craintes de surabondance», a estimé Matt Smith, de ClipperData.

Troisième et dernier grand acteur de la semaine à publier un tel rapport, après le DoE et l'Agence internationale de l'Énergie (AIE), le cartel n'a pas modifié par rapport au mois précédent ses prévisions de demande et d'offre de brut pour 2015 et 2016.

À trois semaines de la prochaine réunion du cartel, les observateurs jugent dans l'ensemble peu probable que l'OPEP réduise son plafond théorique de production, dont le maintien en l'état a largement contribué à la baisse des cours depuis un an.

«Des responsables saoudiens et koweïtiens ont tenu des propos qui ne laissent pas présager de changement de l'actuelle stratégie de l'OPEP, c'est-à-dire la défense de ses parts de marché quand bien même cela supposerait d'accepter de bas prix», ont conclu les experts de Commerzbank.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer