Source ID:; App Source:

Le pétrole finit en baisse, la demande inquiète

Le cours du baril de «light sweet crude»... (PHOTO KAREN BLEIER, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le cours du baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en décembre a cédé 45 cents à 46,14 dollars.

PHOTO KAREN BLEIER, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les cours du pétrole ont terminé la séance en légère baisse lundi, après trois séances consécutives de hausse, devant des inquiétudes renouvelées pour les perspectives de la demande alors que les excédents du marché se confirment.

Le cours du baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en décembre a cédé 45 cents à 46,14 dollars.

Après «une clôture à un niveau élevé vendredi», «les statistiques économiques d'aujourd'hui (lundi) ont été sans éclat, et n'ont sûrement pas suffi à soulager quelques inquiétudes sur la demande mondiale», a commenté Kyle Cooper, chez IAF Advisors.

Parmi les statistiques évoquées par les analystes, l'annonce que l'activité manufacturière en Chine avait continué de se contracter fortement en octobre, quoiqu'à un rythme moins prononcé que les mois précédents, était jugée de mauvais augure pour la santé de la deuxième économie mondiale et du premier consommateur d'énergie au monde.

«Ce chiffre n'a représenté qu'une légère déception mais cela a été suffisant pour remettre de la pression à la baisse sur les cours», a souligné ainsi John Kilduff, analyste chez Again Capital.

Aux États-Unis, l'activité manufacturière s'est un peu ralentie, même si elle est restée proche des attentes, alors que les dépenses de construction ont augmenté un peu plus qu'attendu.

«Globalement on se trouve juste dans un marché excédentaire avec une demande qui ne suffit pas à motiver les gens», a ajouté M. Cooper, qui a indiqué par ailleurs qu'il tablait déjà sur une nouvelle augmentation des stocks américains de pétrole brut dans les chiffres hebdomadaires qui seront annoncés mercredi. Ce serait la sixième de suite.

«Les prix du brut ont ouvert la semaine en territoire négatif, les investisseurs restant prudents à la suite d'informations faisant état d'une production de brut record en Russie, qui a affecté le moral du marché», a déclaré pour sa part Myrto Sokou, analyste chez Sucden Financial.

Selon les analystes de PVM, la production russe de pétrole brut a atteint en octobre un nouveau plus haut depuis la fin de l'Union soviétique, à 10,78 millions de barils par jour (mbj) contre 10,74 mbj le mois précédent.

La Russie est ainsi devenue le plus gros producteur de pétrole au monde devant l'Arabie saoudite (qui affiche une production de 10,1 millions de barils par jour en octobre), le royaume du Golfe restant toutefois le plus important exportateur mondial d'or noir, relevait Mme Sokou.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer