Source ID:; App Source:

Statoil pourrait supprimer 2400 emplois

Ces mesures s'inscrivent dans le cadre d'un programme... (Photo Suzanne Plunkett, archives Bloomberg)

Agrandir

Ces mesures s'inscrivent dans le cadre d'un programme visant à économiser 1,7 milliard de dollars par an annoncé l'an dernier, alors que le baril du pétrole valait encore plus de 100 dollars le baril.

Photo Suzanne Plunkett, archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Oslo

Le géant pétrolier norvégien Statoil (STO) pourrait annoncer la suppression de 2400 emplois, soit près de 11% de ses effectifs, en mai dans le cadre de ses mesures d'économies, a rapporté lundi le journal d'affaires Dagens Naerinsliv (DN).

Selon DN, qui cite un représentant du personnel, les suppressions d'emploi toucheraient l'ingénierie, surtout dans les forages, mais aussi le développement et la maintenance des gisements et l'administration.

«Nous travaillons à renforcer la productivité au sein de l'entreprise et cela pourrait avoir des conséquences en matière d'emploi mais il est très tôt pour se prononcer sur leur ampleur», a déclaré un porte-parole de Statoil, Jannik Lindbaek.

Ces mesures s'inscrivent dans le cadre d'un programme visant à économiser 1,7 milliard de dollars par an annoncé l'an dernier, alors que le baril du pétrole valait encore plus de 100 dollars le baril.

Le recul du cours du baril, qui vaut aujourd'hui moins de 60 dollars, oblige les compagnies pétrolières à accroître leurs mesures d'économies via des réductions d'effectifs, la baisse de leurs investissements et la suspension ou l'annulation de projets.

Rappelons qu'en 2012, la chaîne québécoise de dépanneurs Alimentation Couche-Tard (T.ATD.B) avait acquis 2300 magasins d'accomodation et stations-service de Statoil Fuel & Retail.

En 2014, Statoil a déjà supprimé ou redistribué quelque 1950 emplois dans le cadre de son programme de réduction des coûts. À la fin de l'année, le groupe employait 22 500 personnes.

Le groupe n'est pas une exception. L'entreprise norvégienne de services pétroliers TGS, qui comptait près de 950 employés fin 2014, a également annoncé lundi la suppression de 10% de ses effectifs dès ce mois-ci.

Spécialisée dans la collecte de données sismiques pour l'industrie pétrolière, TGS dit s'attendre à un recul d'environ 23% de son chiffre d'affaires au premier trimestre par rapport à la même période de l'an dernier, à 172 millions de dollars.

Pour l'ensemble de l'année, la prévision de chiffre d'affaires a été abaissée à 630 millions de dollars contre 750 millions de dollars attendu initialement.

«La demande de données sismiques s'est sensiblement dégradée au cours des trois premiers mois de 2015 et la perspective d'une amélioration du marché reste assez incertaine», a écrit la compagnie dans son avertissement sur résultats.

Vers 5h00, le titre perdait 12,64% à la Bourse d'Oslo. Celui de Statoil progressait de 0,52% au même moment.

Selon l'institut norvégien de statistique SSB, jusqu'à 30 000 emplois pourraient disparaître dans le parapétrolier en Norvège d'ici à 2018 du fait du recul des investissements.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer