Source ID:62832; App Source:cedromItem

Labrador Iron Mines se restructure à l'abri de ses créanciers

Labrador Iron Mines a exploité un petit gisement à... (Photo François Roy, Archives La Presse)

Agrandir

Labrador Iron Mines a exploité un petit gisement à la mine James, près de Schefferville, à partir de 2011.

Photo François Roy, Archives La Presse

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

C'était dans l'air depuis février. Déficitaire quand le prix de la tonne de minerai de fer est déprimé comme c'est le cas actuellement, Labrador Iron Mines (T.LIM) s'est placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies le jeudi 2 avril.

Le même jour, la société a annoncé la vente de ses participations dans le gisement Howse, dans la région de Schefferville, au prix de 5 millions de dollars à Tata Steel Minerals Canada, qui en devient la seule propriétaire.

LIM a exploité un petit gisement à la mine James, près de Schefferville, à partir de 2011.

Elle a cessé ses activités d'extraction en juillet 2014 à la suite de la chute de 50% du prix du fer en 2014. Le prix a glissé à 50$US à la fin de mars. Pour donner une idée, la tonne de concentré se vendait autour de 180$US en 2010 et 2011.

LIM n'est pas la seule société minière à éprouver des ennuis dans ce contexte. Mines Wabush a fermé la mine Scully en 2014. Récemment, Cliffs Natural Resources a fermé la mine du Lac Bloom, à Fermont, où travaillaient 500 personnes.

L'entreprise dispose de 30 jours pour soumettre un plan de restructuration à la cour. À la date butoir du 1er mai, elle a la possibilité de demander un délai additionnel au tribunal.

L'objectif de la société est de se refaire une santé financière pour pouvoir mettre en valeur et exploiter ses propriétés minières d'envergure comme le gisement Houston. Outre la vente du gisement Howse, LIM n'exclut pas la disposition d'autres éléments d'actif considérés comme secondaires.

LIM est l'une des cinq sociétés minières partenaires dans le nouveau quai multiusager du port de Sept-Îles. Elle devait investir 12,8 millions dans l'infrastructure; elle n'a payé que la moitié de cette somme, selon Radio-Canada.

Le Port de Sept-Îles vise l'entrée en fonction de son quai multiusager en juin prochain. Le quai deviendra la premier port d'Amérique du Nord capable de recevoir des super-minéraliers de la génération des Chinamax (capacité de 400 000 tonnes).

Tata Steel

Tata Steel Minerals Canada (TSMC) a acquis de Labrador Iron Mines la participation restante de 49% dans le gisement Howse qu'elle ne détenait pas déjà. TSMC appartient à 80% au géant indien Tata Steel et à 20% à la canadienne New Millennium Iron Corporation (NML).

NML contrôle la chaîne ferrière Millennium, au Québec et au Labrador. Elle est d'abord connue pour son projet Taconite d'une valeur de 5 milliards de dollars dont l'étude de faisabilité est toujours en cours.

Conjointement, Tata Steel et NML mènent vers sa phase de production un projet de minerai à enfournement direct de 600 millions au Labrador. Le projet consiste à extraire de l'hématite pour la transformer en minerai de fer près de Schefferville. Le complexe de traitement minier est en construction.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer