Source ID:; App Source:

Le pétrole rechute de près de 3 dollars, plombé par l'offre

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour... (Photo Archives La Presse)

Agrandir

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en mars a chuté de 2,84 dollars, à 50,02 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Photo Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les prix du pétrole sont repartis en forte baisse à New York mardi, les opérateurs se préparant à une nouvelle progression des stocks, déjà à des niveaux record, aux États-Unis et à un rebond limité des prix dans le futur.

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en mars a chuté de 2,84 dollars, à 50,02 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Le marché du pétrole, qui avait démarré la semaine en trombe, s'appréciant de plus d'un dollar après avoir enregistré sa meilleure performance hebdomadaire depuis 4 ans, s'est vu rattrapé mardi par des dynamiques d'offre et de demande baissières.

À la lecture du rapport mensuel de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) sur les perspectives à moyen terme du marché pétrolier, «on voit bien que le rééquilibrage du marché du brut ne va pas intervenir dans les prochains mois», a relevé Kyle Cooper, de IAF Advisors.

L'agence a, en effet, estimé que les prix de l'or noir allaient se redresser ces prochaines années, mais sans atteindre de nouveaux sommets car leur faiblesse ne suffit plus à dynamiser la croissance économique ou freiner l'essor du pétrole de schiste aux États-Unis.

En outre, dans l'après-midi, l'agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) a maintenu inchangées ses prévisions mensuelles de production de pétrole aux États-Unis en 2015 à 9,3 millions de barils par jour (mbj), et à 9,5 mbj en 2016, «proche de son plus haut niveau historique de production annuelle observé en 1970 à 9,6 mbj».

Le net déclin de l'activité des puits de forage observé dernièrement, en raison de la baisse de rentabilité de l'extraction du pétrole en pleine chute des cours, ne se fait ainsi que peu ressentir.

«Les fondamentaux du marché actuellement sont négatifs pour les prix, et le fait qu'ils n'ont pas évolué depuis le mois dernier montre que les prix doivent aller encore plus bas pour que la situation commence à s'inverser», a commenté M. Cooper.

Parallèlement, «il semble que nous allons voir une nouvelle hausse des réserves de brut aux États-Unis» mercredi, à la parution des chiffres hebdomadaires du département américain de l'Énergie (DoE), «et cela pèse sur le marché», a estimé John Kilduff, de Again Capital.

Les stocks d'or noir n'ont jamais été aussi abondants aux États-Unis, à plus de 413 millions de barils, depuis 84 ans, sur la base de données mensuelles du DoE. Le niveau de production de pétrole du géant énergétique américain est également proche de sommets historiques.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer