Source ID:; App Source:

New York: le pétrole plombé par les stocks américains et l'Écosse

Les cours du pétrole ont nettement baissé jeudi à New York, restant pénalisés... (Photo archives Bloomberg)

Agrandir

Photo archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les cours du pétrole ont nettement baissé jeudi à New York, restant pénalisés par le bond inattendu des réserves d'or noir aux États-Unis, de mauvais augure pour la demande, dans un marché frileux en plein référendum d'indépendance en Écosse.

Le baril de référence (WTI) pour livraison en octobre a perdu 1,35 dollar, à 93,07 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

«Le marché continue de souffrir des chiffres très baissiers sur les stocks de brut aux États-Unis publiés» mercredi «et sur le niveau de production pétrolière dans le pays», a indiqué Kyle Cooper, de IAF Advisors.

Selon les chiffres du département américain de l'Énergie (DoE) publiés mercredi, les réserves d'or noir ont gonflé de 3,7 millions de barils lors de la semaine achevée le 12 septembre, alors que les experts tablaient en moyenne sur un recul de 1,2 million de barils.

En outre, les États-Unis ont produit la semaine dernière quelque 8,838 millions de barils par jour (mbj), un record depuis mars 1986, lorsque 8,939 mbj avaient été extraits.

Cette abondance d'offre, couplée à une reprise économique mondiale très hésitante, plombe les prix du brut depuis juin.

Les opérateurs digéraient en outre un ensemble d'indicateurs contrastés parus jeudi aux États-Unis.

Sur le front de l'emploi américain, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont reculé plus fortement qu'attendu au cours de la semaine close le 13 septembre pour retrouver leur plus faible niveau en deux mois.

En revanche, dans le secteur de l'immobilier, les mises en chantier de logements ont chuté beaucoup plus fortement que prévu en août dans le pays et l'indice mesurant l'activité manufacturière de la région de Philadelphie a fortement reculé en septembre après avoir progressé en août.

Les investisseurs se sont par ailleurs armés de prudence, alors que s'est tenu dans la journée au Royaume-Uni un référendum sur l'indépendance de l'Écossais, qui devrait être très serré. Les résultats de la consultation seront divulgués vendredi matin.

L'enjeu de ce scrutin est jugé très important, selon Carl Larry, de Oil Outlooks and Opinion, le marché «s'inquiétant pour la stabilité de l'Europe» dont l'économie peine à redécoller, en cas de victoire du «oui».

Les sondages ont prédit une courte victoire du non, rattrapé en fin de campagne par le oui, mais avec une avance se situant dans la marge d'erreur de 3%. Ajoutant au suspense, le dernier carré des indécis s'inscrivait dans une fourchette de 4 à 14%.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer