Source ID:379717; App Source:cedromItem

L'appétit américain de Gaz Métro

Le marché québécois est toujours le plus important... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse)

Agrandir

Le marché québécois est toujours le plus important pour Gaz Métro, qui y a tiré 77% de son bénéfice net en 2012, selon la présidente-directrice générale, Sophie Brochu.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Hélène Baril

Gaz Métro fait des affaires au Vermont depuis 25 ans et a maintenant plus de clients aux États-Unis qu'au Québec. Son expansion en terre américaine se poursuivra, s'il n'en tient qu'à sa présidente-directrice générale, Sophie Brochu.

Les autres États de la Nouvelle-Angleterre sont dans la ligne de mire de Gaz Métro. «On veut élargir la portée géographique de ce qu'on fait à l'extérieur du Vermont», annonce Mme Brochu lors d'une entrevue avec La Presse Affaires.

Gaz Métro n'est plus l'entreprise qu'elle était quand Sophie Brochu est arrivée comme vice-présidente en 1997. Le monopole de la distribution du gaz naturel au Québec est devenu un producteur et un distributeur d'électricité.

L'entreprise est aussi un acteur incontournable dans le développement de l'utilisation du gaz naturel pour le transport et la valorisation du méthane contenu dans les déchets domestiques.

De loin, Gaz Métro a l'air de butiner plusieurs champs, reconnaît Sophie Brochu. Ce n'est pas le cas. «Il y a un plan très précis», dit-elle.

Ce plan, elle le résume ainsi: aider ses clients à consommer moins et à consommer mieux. «Toutes les formes d'énergie nous intéressent», explique-t-elle. Gaz Métro pourrait ainsi ajouter des applications solaires et de la biomasse à son portefeuille déjà bien garni.

Mais l'entreprise a toujours avancé lentement et continuera de prendre le temps de «comprendre la dynamique énergétique de notre coin du monde», dit Sophie Brochu. Actuellement, «on a beaucoup à boire et à manger dans la filière transport qu'on est en train de développer», tempère-t-elle.

Cette idée de troquer le diesel pour le gaz naturel dans le transport par camions n'est pas venue de Gaz Métro, mais de Claude Robert, le patron de Transport Robert. La PDG de Gaz Métro ne s'approprie pas d'autre mérite que celui d'avoir été à l'écoute, ce qui s'est avéré payant pour son entreprise.

«Tout le monde regarde ça dans le reste du Canada», dit-elle à propos de cette initiative qui fera bientôt des petits. En plus de Transport Robert, d'autres distributeurs qui ont leur propre parc de camions cognent à la porte de Gaz Métro. Les choses évoluent bien, estime Sophie Brochu.

Un nouveau marché

Gaz Métro alimentera aussi les trois nouveaux navires de la Société des traversiers du Québec, une autre innovation qui l'amènera peut-être dans une nouvelle direction. L'entreprise songe à acheminer du gaz naturel liquéfié aux gros consommateurs industriels situés trop loin pour être raccordés à son réseau.

«Le gaz naturel liquéfié est en train de faire avec nous ce que la technologie cellulaire a fait avec Bell, explique-t-elle. Un jour, Bell n'a plus eu besoin de poteaux et de fils pour avoir des clients à Vancouver.»

Gaz Métro pourrait ainsi desservir des clients sur la Côte-Nord, en attendant le prolongement de son réseau. Le projet d'extension du gazoduc vers la Côte-Nord a été reporté, mais il est loin d'être mort, soutient Sophie Brochu. «Demain matin, s'il y avait une implantation majeure qui le justifie, on est capable de repartir cette machine-là», assure-t-elle.

L'entreprise a une autre machine à redémarrer: son projet d'injecter dans son réseau du méthane généré par les déchets domestiques. Son premier projet réalisé conjointement avec la Ville de Saint-Hyacinthe a été rejeté par la Régie de l'énergie. L'organisme a jugé que ce n'était pas aux consommateurs de gaz de payer pour les investissements requis par Gaz Métro pour injecter du biométhane dans son réseau.

«C'est dommage, mais pas dramatique, estime Sophie Brochu. La biométhanisation, c'est une filière extrêmement intelligente. Ça marche, il faut trouver le bon modèle d'affaires.»

Ces temps-ci, c'est le dossier de l'heure chez Gaz Métro. Avec la construction d'un parc éolien au Vermont, celle d'un parc éolien avec Boralex dans Charlevoix, avec la préparation du nouvel appel d'offres éolien qui vient d'être annoncée par le gouvernement, avec plusieurs autres....

«Ce qu'on fait, on le fait par petites bouchées», rappelle la présidente.

-----------------

GAZ MÉTRO EN BREF

Distributeur: gaz, gaz naturel liquide, électricité

Producteur: électricité

10 000

Longueur en kilomètres du réseau au Québec (gaz naturel)

22 000

Longueur en kilomètres du réseau au Vermont (électricité)

492 000

Nombre total de clients, dont 189 000 au Québec

1,9

Revenus en milliard de dollars en 2012

143,8

Profits en millions de dollars en 2012

2218

Nombre d'employés, dont 1373 au Québec.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer