Les prix du pétrole ont fortement rebondi mardi à New York, le baril gagnant 2$, dans un regain d'optimisme et sur fond de reprise progressive du trafic aérien en Europe.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» pour livraison en mai, pour son dernier jour de cotation, a terminé à 83,45$, en progression de 2$ par rapport à la clôture de lundi.

«Il y a eu un sursaut d'optimisme dans les marchés de matières premières en général», a constaté Ellis Eckland, analyste indépendant.

En trois jours, le baril avait abandonné 4,39$. Mais un regain de confiance des investisseurs a permis d'en effacer une bonne partie, quand ils ont vu que leurs craintes d'une «mini-panique financière», après la plainte déposée vendredi par le gendarme boursier américain contre la prestigieuse banque d'affaire Goldman Sachs, ne s'étaient pas concrétisées, a souligné M. Eckland.

Une série de résultats trimestriels de sociétés meilleurs qu'attendu aux États-Unis a conforté un sentiment beaucoup plus positif sur les places financières.

Dans le même temps, «une partie du trafic aérien a repris en Europe, relançant la demande de kérosène, ce qui aide à tirer les prix à la hausse temporairement», a indiqué John Kilduff, de Round Earth Capital.

Après cinq jours d'interruption, les vols reprenaient progressivement mais de manière chaotique mardi en Europe.

Les investisseurs s'intéressaient par ailleurs à la publication du rapport hebdomadaire sur l'état des stocks de pétrole aux États-Unis. Les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires s'attendaient à un recul des stocks de brut de 200 000 barils au cours de la semaine passée. Les réserves d'essence (+300 000 barils) et de produits distillés, le gazole et le fioul de chauffage, (+900 000 barils) auraient augmenté.