Les stocks de pétrole brut ont bondi la semaine dernière aux États-Unis, mais ceux de produits distillés, dont le fioul de chauffage, ont reculé plus qu'attendu, a annoncé jeudi le département américain de l'Énergie (DoE).

Mis à jour le 18 févr. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Les réserves de brut ont progressé de 3,1 millions de barils à 334,5 millions de barils lors de la semaine achevée le 12 février, pour la cinquième semaine consécutive. Les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires s'attendaient à une hausse de seulement 1,8 million de barils.

Ces réserves sont inférieures de 5,4% à leur niveau de l'an dernier, a précisé le DoE, mais restent au-dessus de la limite supérieure de la fourchette moyenne à cette période de l'année, précise le DoE.

Les stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage), très suivis en période hivernale, ont reculé de 2,9 millions barils à 153,3 millions de barils. Les analystes anticipaient un recul deux fois moins important, de 1,5 million de barils.

Ils sont toutefois supérieurs de 6,1% à leur niveau d'il y a un an, au-dessus de la limite supérieure de la fourchette moyenne, a noté le Ministère.

Les stocks d'essence ont augmenté de 1,7 million de barils, à 232,1 millions de barils, un chiffre en ligne avec les attentes des analystes qui tablaient sur une progression de 1,5 million de barils.

Ils sont supérieurs de 7,0% par rapport à l'an dernier, au-dessus de la limite haute de la fourchette moyenne.

Côté demande, sur les quatre dernières semaines, les Américains ont consommé en moyenne 19,0 millions de barils par jour (mbj) de produits pétroliers, soit une hausse de 0,2% par rapport à la même période l'an passé.

La consommation d'essence ressort toutefois en baisse de 1,3% sur un an et celle de produits distillés en chute de 7,4%.

Les raffineries américaines, qui fonctionnent à très bas régime, ont accéléré leur cadence, à 79,8% de leurs capacités, contre 79,1% la semaine précédente.

Vers 12h15, le baril de «light sweet crude» pour livraison en mars montait de 83 cents à 78,16$ sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Il avait ouvert en baisse de 32 cents.

mla/ved/nas