S'assurer que tous les travailleurs en garderie puissent recevoir des formations de qualité, voilà l'objectif de la nouvelle Mutuelle de formation du secteur des services de garde éducatifs à la petite enfance.

Mis à jour le 15 sept. 2014
Nathalie Côté LA PRESSE

«Actuellement, la qualité est variable et certaines régions plus éloignées sont moins bien desservies», observe Jocelyne Gamache, directrice générale de la mutuelle.

Loin de rejeter toutes les formations existantes, l'organisation lancée ce printemps bâtira son offre de services à partir de celles-ci. «Nous sommes à l'étape de la structuration, note Mme Gamache. Nous voulons être au service du réseau et respecter ce qui s'y passe déjà.»

Pour l'instant, le projet est embryonnaire. Un inventaire de l'offre et des besoins sera d'abord réalisé. Ensuite, un comité fera l'évaluation des formations existantes pour déterminer lesquelles seront mutualisées.

Les deux premières devraient être en place d'ici la fin mars. Plus tard, de nouvelles formations seront aussi créées. Certaines seront évidemment destinées aux éducatrices. D'autres s'adresseront également aux autres travailleurs, comme ceux de la cuisine et de l'entretien.

Déjà, une trentaine de centres de la petite enfance (CPE) ont dit vouloir devenir membres de la nouvelle mutuelle. Cela dit, les formations seront offertes à tous. «Il y aura toutefois des avantages pour les membres», précise Mme Gamache.

Il y a six ans que les regroupements régionaux des CPE, l'Association québécoise des CPE et les centrales syndicales travaillent à la mise en place de la mutuelle. Le lancement a été rendu possible grâce à une subvention de démarrage obtenue en mai. «Le réseau a l'habitude de ce type de fonctionnement, note Mme Gamache. Il existe déjà une coopérative d'achats et une mutuelle de santé et sécurité au travail. Pour nous, c'est un gage de succès.»