L'Indice Monster, qui mesure la demande de main-d'oeuvre en ligne au Canada, a perdu 27 points au quatrième trimestre de 2008, pour atteindre 118 points.

Mis à jour le 21 févr. 2009
Caroline Rodgers, collaboration spéciale LA PRESSE

Cet indice s'appuie sur l'examen en temps réel des offres d'emploi sur l'internet, à partir d'une sélection représentative de sites de carrières et d'offres d'emploi sur des sites d'entreprises. Cette analyse est faite de façon trimestrielle.

 

Les offres d'emploi en ligne ont connu un recul de 22% sur 12 mois par rapport à 2007. On constate une baisse généralisée du recrutement en ligne dans toutes les provinces et grandes villes suivies par l'Indice.

Les provinces les plus touchées sont la Nouvelle-Écosse, qui a perdu 39 points, la Saskatchewan, avec 33 points, et l'Ontario, 32. La baisse de la demande de travailleurs s'est notamment fait sentir dans les villes de Toronto et de Kitchener, en particulier dans les transports, les sciences, les finances et l'administration.

Quant au Québec, il s'en tire avec une baisse de 17 points.

Catégories d'emplois

Le recul des offres d'emploi en ligne a été enregistré dans toutes les catégories d'emplois suivies par l'Indice. Toutefois, ce sont les catégories métiers et transports, ainsi que les professions du secteur primaire qui affichaient les pertes les plus importantes.

Dans le secteur primaire, le recrutement en ligne a plongé de 56 points, une baisse de 26% sur 12 mois. Pour les métiers et transports, qui incluent la construction et les mines, on constate une baisse de 23 points, soit 26%, par rapport à 2007. Les secteurs de la transformation, de la fabrication et des services d'utilité publique ont connu aussi une baisse de 21%.

D'autres secteurs ont connu un recul, mais ils sont moins touchés. Les sciences naturelles et appliquées et les technologies de l'information ont cédé 12 points, soit 14%. La demande de main-d'oeuvre dans les postes de gestion a reculé pour sa part de 11 points, accusant une baisse de 4%, et le secteur de la santé a perdu cinq points, soit une baisse de 15%.

Selon Peter Gilfillan, directeur général de Monster Canada, le contexte économique actuel et la prudence affichée par les employeurs canadiens expliquent cette baisse du recrutement en ligne. «Ces résultats indiquent que les conditions du marché du travail au Canada continuent de fléchir, l'Indice reculant pour un deuxième trimestre d'affilée, et pendant 22% sur 12 mois», a-t-il déclaré.