Le produit Un appareil photo Panasonic en solde

Publié le 4 déc. 2010
Stéphanie Grammond

Le hic

Le prix soldé est à peine plus bas que le prix de détail suggéré par le manufacturier

«Ce n'est pas la première fois que le Centre Hi-Fi fait ce genre de publicité. Il y a deux ans, j'avais noté le même modus operandi.» - Jacques Bélair

Au bout du compte

La loi sur la concurrence interdit aux commerçants de gonfler leurs prix de vente habituels, pour laisser croire à une aubaine.

Jacques Bélair a un bon oeil. À la recherche d'un nouvel appareil photo, le photographe à la retraite suivait attentivement les publicités, prêt à croquer une aubaine. Mais il s'est vite aperçu que les rabais annoncés dans les circulaires n'étaient pas si alléchants.

Il a remarqué que le Centre Hi-Fi annonce souvent des rabais fondés sur un prix de vente plus élevé que le prix de vente suggéré par le manufacturier. Le client économise donc beaucoup moins que le rabais annoncé.

Dans la circulaire de la semaine dernière, par exemple, le Centre Hi-Fi annonce un rabais de 100$ sur un appareil photo numérique Panasonic Lumix DMC-ZS5 (12,1 mégapixels, zoom optique 12.0X, écran 2,7 po.). L'appareil revient à 299$, au lieu de 399$ en temps normal.

Or, le prix de vente suggéré par Panasonic Canada est de 330$. Pour les clients de Centre Hi-Fi, l'économie est plutôt de l'ordre de 31$, et non pas de 100$. À ce compte, est-ce que l'aubaine du Centre Hi-Fi en est vraiment une?

Il faut savoir que la Loi sur la concurrence interdit aux commerçants de gonfler leurs prix de vente habituels, pour laisser croire à une aubaine. Reste à déterminer quel est le prix de vente habituel de Centre Hi-Fi qui n'a pas donné suite à nos appels. «Est-ce que le détaillant a réellement vendu ce bien-là au-dessus du prix suggéré? Dans la mesure où cela n'a jamais été le cas, on peut commencer à se demander s'il y a une contravention à la Loi sur la concurrence», dit Stéphanie Poulin, avocate chez Option consommateurs.

La Loi sur la protection du consommateur interdit aussi de «faussement invoquer une réduction de prix». Les consommateurs qui se sentent lésés peuvent donc porter plainte à l'Office de la protection du consommateur (OPC) ou au Bureau de la concurrence. Ce dernier impose régulièrement des amendes aux détaillants qui font des publicités trompeuses.

Le Magasineur de Postes Canada

Chose certaine, les consommateurs peuvent dénicher un appareil photo identique pour 50$ de moins, en consultant le Magasineur virtuel (www.postescanada.ca/magasineur), un nouvel outil de comparaison de prix de Postes Canada.

Le Magasineur virtuel répertorie 17 détaillants qui offrent le même appareil Panasonic. Leur prix de vente moyen s'établit à 288$. Et le meilleur prix est de 250$, en incluant les frais de livraison.

Lancé cet automne, le Magasineur permet de comparer plus de 5 millions de produits, offerts par quelque 500 détaillants, comme Walmart, Sears Canada, La Source, Brown, etc. «C'est un filtre. Au lieu de passer des heures à surveiller les prix, il fait le travail pour vous», explique la porte-parole Anick Losier.

L'outil permet de comparer les prix, mais aussi plusieurs autres critères comme le service à la clientèle ou la garantie. Il permet de vérifier l'historique des prix au cours des derniers mois, question d'évaluer si le prix actuel est avantageux ou s'il vaut mieux attendre.

De plus, le Magasineur permet de comparer les prix des détaillants des deux côtés de la frontière, en considérant le taux de change, les taxes, les frais de livraison et dédouanage. L'outil suggère aux internautes d'acheter au Canada ou aux États-Unis, selon le prix le plus avantageux.

Lorsque le client sélectionne une offre, il est redirigé sur le site du détaillant qu'il a choisi et où il procèdera à la transaction.

Déjà, le Magasineur reçoit un peu plus de 70 000 visiteurs uniques par jour, ce qui en fait le site comparateur numéro un au Canada, selon Mme Losier.

Postes Canada affirme que son processus de comparaison est totalement transparent. Postes Canada s'assure que les détaillants sont dignes de confiance et que leurs produits ne sont pas dangereux. Mais la société n'impose pas d'autres barrières.

Les commerçants n'ont pas à payer pour que leurs produits soient répertoriés. Toutefois, ils doivent verser une certain somme pour chaque visiteur que leur amène le Magasineur. Mais Postes Canada espère surtout que le Magasineur fera augmenter son volume d'affaires dans le transport de colis, pour compenser la baisse marquée du côté des lettres.