L'économie canadienne traverse une période délicate en raison d'une correction du secteur immobilier, d'une croissance inférieure à la tendance et d'une faible création d'emplois, selon les plus récentes prévisions de la Banque TD.

Publié le 18 sept. 2012
LA PRESSE CANADIENNE

La banque a indiqué mardi que l'économie du pays enregistrerait une croissance d'à peine 1% durant le troisième trimestre, qui prendra fin le 30 septembre, et qu'elle terminerait l'année avec un gain de 1,8%.

Cette projection est inférieure de trois dixièmes de point de pourcentage à ce que prévoyait l'institution en juin. La Banque du Canada prévoit quant à elle une croissance économique annuelle de 2,1%.

Selon l'économiste en chef de la Banque TD, Craig Alexander, la révision à la baisse était nécessaire en raison de la détérioration des conditions économiques mondiales et de la performance de l'économie canadienne, moins bonne que prévu, en partie à cause du resserrement des règles hypothécaires opéré par Ottawa.

Le marché immobilier de Vancouver était en train de ralentir avant même la mise en place des nouvelles règles hypothécaires, le 9 juillet, mais l'impact réel des modifications apportées par le gouvernement fédéral a depuis été évident, a indiqué M. Alexander.

Lundi, l'Association canadienne de l'immeuble (ACI) a annoncé que le nombre de ventes résidentielles traitées par l'entremise des systèmes MLS des chambres et associations immobilières canadiennes avait chuté de 5,8% en août comparativement à juillet, et de 8,9% rapport à la même période il y a un an.