(Toronto) Les ventes de logements dans la région du Grand Toronto ont chuté de 67 % en avril, les effets économiques de la pandémie de COVID-19 ayant refroidi le marché du logement, a indiqué mardi la chambre immobilière de la région.

La Presse canadienne

En tout, 2975 transactions résidentielles ont été enregistrées dans le Grand Toronto en avril, comparativement à 9005 transactions en avril 2019, a précisé la chambre.

Les ventes de la ville de Toronto ont chuté de près de 68 % d’une année à l’autre, tandis que le prix moyen a diminué de 2,5 %, pour s’établir à 881 424 $ en avril 2020, contre 904 199 $ un an plus tôt.

Sur une base désaisonnalisée, la chambre immobilière a déclaré que les prix des maisons en avril dans la région avaient chuté de 11,8 % par rapport au mois de mars.

Les locations de copropriétés ont diminué d’une année à l’autre en avril, reculant de 57,9 % pour les unités d’une chambre et de 54,4 % pour les unités de deux chambres.

Les prix pour les locataires ont également diminué pour le mois, le loyer moyen des appartements d’une chambre chutant de 2,7 % à 2107 $ et le loyer moyen de ceux de deux chambres chutant de 4,1 % à 2705 $.

« C’est une période sans précédent », a affirmé le chef de la direction de la chambre immobilière, John DiMichele, dans un communiqué.

« Les récessions et les reprises passées ne sont pas nécessairement les meilleurs guides sur la façon dont le marché du logement se remettra de l’impact de la pandémie de COVID-19. Un facteur clé pour la reprise du marché du logement sera une réouverture plus large de l’économie, qui se traduira par une amélioration de la situation de l’emploi et une reprise de la confiance des consommateurs. »