(Ottawa) Les gouvernements du Canada devront être prêts à lutter contre un éventuel exode des cerveaux au sud de la frontière avec l’arrivée de la nouvelle administration Biden aux États-Unis, a estimé mardi le gouverneur de la banque centrale du pays.

La Presse Canadienne

Les politiques et les attitudes protectionnistes du président américain Donald Trump ont contribué à faire du Canada un lieu plus accueillant pour les talents mondiaux ces quatre dernières années.

Tiff Macklem estime que cet avantage pour les étudiants et les travailleurs internationaux est susceptible de disparaître lorsque M. Trump quittera la Maison-Blanche, le mois prochain.

Dans un discours prononcé mardi devant la Chambre de commerce du Grand Vancouver, M. Macklem a affirmé que les écoles et les entreprises canadiennes pourraient devoir se battre plus durement pour attirer et retenir les talents, après la prestation de serment de Joe Biden.

Selon le gouverneur, le fait d’être accueillant envers les nouveaux arrivants peut aider à stimuler l’économie et à augmenter les exportations de biens et de services nécessaires à la reprise qui suivra la pandémie de COVID-19.

Mais M. Macklem prévient que le seul fait de se battre pour attirer les cerveaux ne suffira pas pour aider à créer une reprise durable, et les gouvernements devront également investir dans les infrastructures et supprimer les barrières commerciales internes pour aider les exportations à se redresser.