(Washington) Les ventes de maisons neuves aux États-Unis ont augmenté de 4,8 % en août par rapport à juillet, déjouant les attentes des analystes qui misaient sur une baisse, selon les données du département du Commerce publiées jeudi.

Agence France-Presse

Un peu plus d’un million de maisons neuves ont été vendues le mois dernier aux États-Unis, en hausse par rapport aux 965 000 unités de juillet, selon des données révisées à la hausse et publiées jeudi.

Les analystes tablaient sur des ventes en recul, à 875 000.

C’est la première fois que les ventes de maisons neuves passent la barre du million depuis 2006, juste avant l’éclatement de la bulle immobilière qui a conduit à la crise financière de 2008, a précisé Yelena Maleyev, économiste pour Grant Thornton, dans une note.

Le nombre de maisons individuelles vendues le mois dernier est également bien plus élevé que celui d’août 2019, en hausse de 43,2 %.

Les prix des logements restent toutefois inférieurs à ceux d’avant la pandémie.

Le prix médian était de 312 800 dollars en août, contre 330 600 dollars en juillet. En février, avant la pandémie, il se hissait à 345 900 dollars.

Quant au prix moyen, il est également en baisse par rapport à juillet, à 369 000 dollars contre 391 300 dollars, et 403 800 dollars en février.

Le secteur immobilier aux États-Unis est tiré notamment par des taux d’intérêt très bas. La demande reste élevée.

Mais plus de 12 millions d’Américains restent au chômage, alors que les perspectives s’assombrissent pour le marché du travail, qui devrait se redresser beaucoup plus lentement.

Et « les inquiétudes grandissent autour de la capacité (des emprunteurs) à rembourser leur crédit immobilier pour le reste de l’année », a ajouté Yelena Maleyev, alors qu’une aide budgétaire supplémentaire du gouvernement peine à être adoptée, et que beaucoup de chômeurs arrivent en fin de droits au chômage.