Le mois de février n’a pas été de tout repos pour les commerçants qui ont été nombreux à devoir composer à la fois avec le blocus ferroviaire et le coronavirus.

Marie-Eve Fournier Marie-Eve Fournier
La Presse

Statistique Canada a révélé mardi qu’environ 25 % des détaillants du pays ont été « affectés par les barrages ferroviaires ou la COVID-19 ».

Certains ont été encore moins chanceux : 12 % des entreprises du secteur de la vente au détail ont subi les conséquences des deux événements. Les détaillants d’appareils électroniques et ménagers ainsi que les stations-service ont été les plus touchés.

Le virus et les barrages ferroviaires ont causé des retards dans les transports, de sorte que les détaillants ont dû attendre plus longtemps avant de recevoir leur matériel et l’entrée des produits sur le marché a été retardée, a relaté Statistique Canada. De plus, une baisse de l’achalandage a été enregistrée en février en raison de la COVID-19.

Dans certains cas, cela a forcé des fermetures. Mais cela s’est produit chez « moins de 0,5 % des détaillants canadiens », en février. « La durée des fermetures a varié de 1 journée à 14 jours », a précisé Statistique Canada.

En revanche, 1,6 % des détaillants ont déclaré que leurs ventes s’étaient accrues à la suite de ces perturbations. Ceux-ci vendent des articles de sports, de passe-temps, de la musique, des livres, des matériaux de construction, des fournitures de jardinage et produits de santé.

En somme, les ventes au détail de février au pays ont augmenté de 0,3 % pour atteindre 52,2 milliards de dollars, par rapport au moins précédent. Il s’agissait de la 4e hausse mensuelle de suite, ce qui ne s’était pas produit depuis octobre 2018. Par rapport à février 2019, l’augmentation est de 3 %.

Les ventes ont progressé dans 6 des 11 sous-secteurs (dont l’automobile, meubles, matériaux de construction) lesquels représentent 62,5 % du commerce de détail.

Au Québec, les détaillants ont plutôt vu leurs ventes diminuer de 0,4 % par rapport à janvier 2020, et croître de 1,6 % par rapport à février 2019.

Sur une base non désaisonnalisée, les ventes du commerce électronique se sont établies à 1,6 milliard de dollars en février, ce qui représente 3,6 % des ventes totales du commerce de détail. D’une année à l’autre, le commerce de détail électronique a augmenté de 17,8 %, a par ailleurs indiqué Statistique Canada.