(New York) Les prix du pétrole ont progressé pour la sixième séance de suite jeudi, atteignant leur plus haut depuis septembre, dans un marché optimiste sur les relations commerciales sino-américaines.

Agence France-Presse

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février s’est établi 66,54 dollars à Londres, en hausse de 0,56 % ou 37 cents par rapport à la clôture de mercredi.

À New York, le baril américain de WTI pour janvier, dont c’est le dernier jour de cotation, a gagné 0,48 % ou 29 cents à 61,22 dollars.

Les cours n’avaient plus clôturé à de tels niveaux depuis les attaques contre les infrastructures pétrolières saoudiennes, mi-septembre.

Les cours de l’or noir ont continué d’être portés par la baisse des stocks de brut américains, selon un rapport hebdomadaire de l’Agence américaine d’information sur l’Énergie (EIA) publié mercredi.

Lors de la semaine achevée le 13 décembre, les réserves commerciales de brut aux États-Unis ont reculé de 1,1 million de barils.

Les analystes interrogés par l’agence Bloomberg avaient anticipé une baisse un peu plus importante de 1,75 million de barils.

Les stocks d’essence et de produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont en revanche progressé, suscitant des interrogations sur la demande d’or noir.

« Les prix ont également été soutenus ces dernières semaines par l’accord de “phase un” entre les États-Unis et la Chine », annoncé en fin de semaine dernière, a indiqué Al Stanton, analyste chez RBC.

Possible signe de bonne volonté en direction du président américain Donald Trump, la Chine a publié jeudi une liste de produits chimiques américains qui seront exemptés de surtaxes douanières mises en place l’an dernier.

Les exemptions annoncées couvriront six catégories de produits chimiques, dont la paraffine, un dérivé du pétrole que l’on trouve notamment dans les cosmétiques ou l’alimentaire, a annoncé la Commission des droits de douane du gouvernement chinois.