Les tarifs douaniers imposés par les États-Unis et une récolte céréalière plus tardive que d’habitude dans l’Ouest canadien ont fait reculer d’environ 6 % le tonnage et le nombre de navires qui ont fréquenté la Voie maritime du Saint-Laurent depuis le début de l’année.

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

Entre le 22 mars, jour de son ouverture, et le 30 septembre, 2735 navires chargés de 24,8 millions de tonnes de matériaux ont transité par la Voie maritime. C’est environ 175 navires et 1,6 million de tonnes de moins que l’an dernier, une baisse d’environ 6 % dans les deux cas.

Oui, le tonnage a baissé un peu, mais dans le contexte, nous avons encore une année assez forte.

Andrew Bogora, responsable des communications de la Corporation de gestion de la Voie maritime

Les 24,8 millions de tonnes acheminées sont supérieures d’environ 3,8 % à la moyenne de 23,9 millions des cinq dernières années à cette période-ci de l’année, fait valoir M. Bogora. Toutes les catégories de produits affichent ainsi, à l’exception du charbon et des cargaisons générales, un résultat supérieur à leur moyenne des cinq dernières années, malgré un recul par rapport à 2018.

Les « cargaisons générales », la catégorie affichant le plus fort recul (- 34 %), incluent notamment l’acier et l’aluminium, deux produits frappés par les tarifs douaniers américains. Ceux-ci ont eu un impact plus important en 2019, selon M. Bogora, même s’ils ont été éliminés en mai dernier.

Le retard des récoltes des céréales est responsable de la deuxième baisse en importance en absolu. Une partie de ce retard pourrait être rattrapé en octobre et en novembre.

« On espère bien pouvoir récupérer les tonnes manquantes dans les mois qui vont suivre », a indiqué M. Bogora, tout en reconnaissant que la tempête de neige qui a récemment frappé le Manitoba pourrait avoir des impacts.

Pas de ralentissement à Montréal

Si le trafic qui passe devant Montréal diminue, ce n’est pas le cas de celui qui s’y arrête, assure de son côté la direction du Port de Montréal.

« On se dirige vers une autre année record », affirme la responsable des relations avec les communautés du Port, Christine Beaulieu. Le volume de marchandises en vrac a jusqu’ici progressé de 9,5 % par rapport à 2018. Celui des marchandises diverses, principalement par conteneurs, a augmenté de 4,3 %.