(Washington) Donald Trump a de nouveau pris pour cible mardi l’Inde qui a imposé mi-juin des taxes douanières supplémentaires sur des biens importés des États-Unis.

Agence France-Presse

« L’Inde fait depuis longtemps ses choux gras en imposant des tarifs douaniers sur les produits américains. Ce n’est plus acceptable ! », a tweeté le président républicain.

La Maison-Blanche avait annoncé début juin mettre fin aux avantages commerciaux sur les importations en provenance d’Inde.

New Delhi bénéficiait de longue date du régime de préférences généralisées (GSP, Generalized System of Preferences) qui permet un libre accès au marché américain. Mais Donald Trump avait dénoncé un accès insuffisant au marché indien pour les exportations américaines.

Du côté de l’Inde, le gouvernement avait déclaré en juin 2018 qu’il allait relever les tarifs douaniers sur une série de produits américains, dont les pommes et les amandes, après le refus de Washington d’exempter New Delhi d’une augmentation des taxes sur l’acier et l’aluminium.

Mais l’application de cette mesure en Inde avait été reportée à plusieurs reprises alors que les négociations laissaient espérer une solution.

La décision de Washington d’exclure l’Inde de la liste des pays à statut commercial préférentiel a finalement déclenché les tarifs douaniers supplémentaires.

Le 27 juin, Donald Trump avait déjà déclaré que c’était « inacceptable ». « Et les taxes douanières doivent être retirées ! », avait-il exhorté.

Les États-Unis ont accusé avec l’Inde un déficit commercial pour les biens de 20,84 milliards de dollars en 2018.

L’économiste Chad Bown, du centre de réflexion Peterson Institute for International Economics, estime qu’il y a des « parallèles » entre la guerre commerciale menée par Donald Trump contre la Chine et le conflit désormais ouvert avec l’Inde.

Dans un document publié mardi, il fait part de son « scepticisme » concernant la volonté du président Trump « de résoudre les problèmes commerciaux » avec l’Inde.

Depuis début 2018, l’administration américaine a augmenté les droits de douane sur 14 % des exportations indiennes aux États-Unis, rappelle-t-il.

En représailles, l’Inde a imposé de nouveaux droits de douane sur environ 6 % des exportations américaines vers l’Inde, dont 600 millions de dollars d’amandes en provenance de Californie.

Tout en mettant en avant les « différences évidentes avec la Chine – la relation commerciale et le conflit sont de moindre ampleur –  », l’économiste a expliqué que l’inquiétude après le tweet de M. Trump mardi matin tenait au fait que cela pouvait « être une excuse de plus […] pour imposer encore davantage de tarifs douaniers à un autre pays ».

L’Inde était bénéficiaire du programme GSP depuis 1975. Mais les exportateurs américains déplorent leur manque d’accès au marché indien, note-t-il néanmoins.  

Et de citer en particulier les industriels du secteur laitier et ceux fabriquant des appareils médicaux, qui avaient exprimé en 2018 leurs préoccupations lors d’auditions avec l’administration américaine, indique également l’économiste.