(Paris) Le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire a estimé mardi qu’« il y a fort à parier que les États-Unis s’engagent dans une politique de sanctions » au lieu de chercher une solution amiable au conflit entre Airbus et Boeing.

Agence France-Presse

L’Organisation mondiale du commerce pourrait autoriser les États-Unis dès mercredi à mettre en place des droits de douane contre l’avionneur européen, accusé par Washington de bénéficier de subventions illégales.

PHOTO REGIS DUVIGNAU, REUTERS

Les Américains accusent Airbus de profiter de subventions illégales. Ci-haut, un Airbus A330neo décolle de l'aéroport de la compagnie à Colomiers, près de Toulouse, le 20 mars 2019.

Dans ce conflit qui remonte à 2004, l’Union Européenne a de son côté affirmé que Boeing avait reçu 19,1 milliards de dollars de subventions interdites entre 1989 et 2006 de la part de diverses branches du gouvernement américain.

« Essayons de trouver un accord à l’amiable », a encore dit M. Le Maire, qui s’exprimait lors d’une audition devant la commission des Finances du Sénat, durant laquelle il a défendu un projet de budget 2020 prenant en compte un contexte de ralentissement de la croissance mondiale, dû notamment aux conflits commerciaux.

PHOTO ALWYN SCOTT, REUTERS

Les Européens reprochent eux-aussi à Boeing d'être subventionnée illégalement par le gouvernement américain. Ci-haut, le logo de Boeing, au dessus des portes à la sortie de sa plus grande avionnerie à Everett, dans l'État de Washington.

Le ministre rappelé qu’en 2020, l’Union européenne aura à son tour la possibilité de sanctionner les États-Unis si un terrain d’entente n’est pas trouvé.

Washington a exigé le droit de percevoir des droits de douane d’une valeur de 11,2 milliards de dollars, tandis que Bruxelles réclame 12 milliards de dollars.