Le chef de la direction de BlackBerry, John Chen, a vu la valeur de sa rémunération totale chuter de 96% à 3,4 millions $ US l'an dernier, alors qu'il oeuvrait au redressement de la société déficitaire.

Mis à jour le 22 mai 2015
LA PRESSE CANADIENNE

La plus grande partie du déclin était attribuable à des primes à base d'actions que M. Chen a reçues lorsqu'il s'est joint à l'entreprise en novembre 2013.

Dans le cadre de cette entente, il était prévu que M. Chen reçoive 13 millions d'actions de BlackBerry, lesquelles lui seraient versées sur cinq années. Le montant total de 84,8 millions $ en primes à base d'actions était comptabilisé dans sa rémunération de 85,7 millions $ de l'exercice précédent.

Le salaire de base de M. Chen a atteint 1 million $ pour l'exercice 2015, clos le 28 février, comparativement à un salaire de 326 374 $ pour l'exercice précédent - pour lequel il n'avait été à l'emploi de la société qu'un peu plus de trois mois.

M. Chen a continué à recevoir des primes à base d'actions au dernier exercice, à hauteur de 1,2 million $, tandis que ses primes de performances se sont aussi chiffrées à 1,2 million $, contre celles de 653 846 $ de l'exercice précédent.

Par ailleurs, BlackBerry [[|ticker sym='T.BB'|]] a annoncé tard jeudi qu'elle prévoyait racheter jusqu'à environ 2,6% de ses actions en circulation, soit 12 millions de titres.

BlackBerry veut ainsi rendre un plus grand nombre d'actions disponibles pour ses employés. Les actionnaires se prononceront sur ce plan lors de l'assemblée annuelle de l'entreprise, prévue le mois prochain.

L'action de BlackBerry a pris vendredi 34 cents, soit 2,7%, pour clôturer à 12,88 $ à la Bourse de Toronto.

BlackBerry a embauché M. Chen à la fin 2013, après avoir perdu pendant des années des parts de marché au profit de ses concurrents Apple et Samsung. Le plan de redressement de M. Chen mise sur le lancement de nouveaux services logiciels et sur la mise en place de nouveaux partenariats avec ses clients corporatifs et les fournisseurs de services sans fil.