• Accueil > 
  • Affaires > 
  • Économie 
  • > Sans-fil: le paysage canadien ne devrait pas beaucoup changer après les enchères 
Source ID:; App Source:

Sans-fil: le paysage canadien ne devrait pas beaucoup changer après les enchères

Le marché canadien du sans-fil est toujours dominé... (Photo Archives AFP)

Agrandir

Le marché canadien du sans-fil est toujours dominé par Bell, Rogers et Telus, qui combinent un total de 25 millions d'abonnés.

Photo Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maria Babbage
La Presse Canadienne

L'absence de nouveaux joueurs étrangers signifie que les enchères de mardi sur le spectre sans-fil n'engrangeront pas autant de revenus que prévu dans les coffres fédéraux - ou la concurrence accrue que désirent les Canadiens, affirment des experts.

Les précédentes enchères, en 2008, avaient permis d'amasser 4,3 milliards $ et entraîné l'arrivée de nouveaux joueurs: Wind Mobile, Mobilicity, Public Mobile, Vidéotron et Eastlink.

Mais le marché canadien du sans-fil est toujours dominé par Bell, Rogers et Telus, qui combinent un total de 25 millions d'abonnés.

Depuis, Mobilicity et Wind Mobile ont été mises en vente. Public Mobile a quant à elle été vendue à Telus

Il y avait des espoirs qu'une concurrence venue de l'étrange vienne ébranler quelque peu le marché national, mais ceux-ci se sont éteints en septembre dernier lorsque le géant américain Verizon a laissé tomber ses plans d'expansion au nord du 49e parallèle.

Si les conservateurs fédéraux désirent stimuler la concurrence à l'avenir, ils devront laisser tomber toutes les restrictions entourant les investissements étrangers, même si cela signifie se mesurer aux grands joueurs d'autres pays, soutient Michael Geist, un professeur de droit de l'Université d'Ottawa.

«Il y a toujours la possibilité d'un nouvel arrivant, mais cela pourrait entre autres nécessiter une implication du gouvernement pour créer les conditions nécessaires afin de faciliter les choses.»

Le gouvernement Harper dit souhaiter un quatrième joueur national dans toutes les régions du pays pour donner plus de choix aux consommateurs, alors que les petits joueurs peinent à attirer les clients.

Ottawa a tenté d'attiser la concurrence en réduisant les contraintes en matière d'investissements étrangers pour les fournisseurs avec des parts de marché inférieures à 10 pour cent.

Bell, Telus et Rogers ont livré une bataille publicitaire contre les nouvelles règles, arguant que celles-ci donnaient un avantage aux nouveaux arrivants dans le cadre des enchères sur le spectre.

Mais ces «tactiques de peur» ont en fait aidé les conservateurs à jouer le rôle de défenseurs des consommateurs, dit M. Geist.

Pour Richard Smith, du Centre for Digital Media, à Vancouver, les troupes de Stephen Harper ont constaté les avantages politiques à durcir la réglementation, particulièrement dans un secteur où les consommateurs estiment être pris à la gorge.

Un total de 11 participants - dont les trois grands joueurs - participent aux enchères pour le convoité spectre des 700 mégahertz, dont les ondes circulent facilement à travers le béton et dans les ascenseurs.

Ce spectre pourrait également permettre de répondre à la demande croissante de données à haut débit pour les téléphones intelligents et de tablettes numériques.

Ce même signal peut par ailleurs circuler sur de plus grandes distances et nécessiter moins d'antennes pour offrir une couverture en région rurale.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer