Les gens heureux n'ont pas d'histoire. Voilà peut-être pourquoi l'assemblée annuelle d'Astral Media (T.ACM.A) manquait de piquant malgré ses montages vidéo accrocheurs et le chic décor de la salle de spectacle portant son nom au coeur du Quartier des spectacles de Montréal.

Publié le 10 déc. 2010
Vincent Brousseau-Pouliot LA PRESSE

> Suivez Vincent Brousseau-Pouliot sur Twitter

Astral avait tout de même de bonnes nouvelles à annoncer hier, tant pour ses actionnaires que ses auditeurs. Les premiers verront le dividende annuel augmenter de 50%, alors qu'il passera de 0,50$ à 0,75$ par action. Les deuxièmes auront au début de 2011 une application pour écouter NRJ, Rock Détente et les autres stations de radio d'Astral sur leur téléphone cellulaire, leur iPod ou leur iPad.

Contrairement à plusieurs de ses concurrents, Astral n'a pas conclu de transaction-choc au cours de la dernière année. L'entreprise avait bien l'oeil sur les 18 chaînes spécialisées de CanWest, mais elle ne voulait pas de la chaîne généraliste Global qui les accompagnait. «Si les chaînes spécialisées avaient été disponibles séparément, nous aurions été très intéressés», dit Ian Greenberg, président et chef de la direction d'Astral Media.

À défaut de faire les manchettes en 2010, Astral a continué de mousser les profits de ses 21 chaînes de télé spécialisées (Super Écran, Canal Vie, VRAK.TV), de ses 83 stations de radio (NRJ, Rock Détente, Virgin) et de ses 8000 panneaux d'affichage. En 2010, Astral a généré des profits de 309 millions sur des revenus de 960 millions. Il s'agit de la 14e année consécutive où Astral augmente sa rentabilité.

L'an prochain, l'entreprise montréalaise estime pouvoir dépasser le cap du milliard de dollars de revenus. Comment? Notamment en regroupant les équipes de ventes publicitaires de ses différents médias. La première étape a été annoncée hier: la nomination de Jacques Parisien, patron de la radio et de l'affichage au poste de vice-président exécutif et chef de l'exploitation d'Astral. «Un annonceur veut une solution simple à ses besoins, dit Ian Greenberg. C'est plus efficace que toutes les divisions travaillent ensemble que d'avoir plusieurs vice-présidents dans l'entreprise.»

Selon Ian Greenberg, Astral lancera «trois ou quatre» chaînes de télé spécialisées d'ici deux ans. Le grand patron n'écarte pas la possibilité de faire des acquisitions. «Nous regardons dans tous nos secteurs, mais ça dépend de ce qui est disponible», dit M. Greenberg.

Depuis hier, Astral compte une nouvelle membre au sein de son conseil d'administration: l'ex-ministre des Finances Monique Jérôme-Forget, qui a siégé au conseil de Premier Choix (une chaîne d'Astral) de 1994 à 1997 avant son entrée en politique.

Le titre d'Astral a gagné 26,3% depuis le début de l'année 2010, dont 0,05% hier alors qu'il a clôturé la séance à 42,01$ à la Bourse de Toronto.