Le premier producteur d'aluminium indien, Hindalco Industries, a annoncé dimanche qu'il achetait pour 6 milliards $ US en liquide la société américaine Novelis.

Associated Press

Le premier producteur d'aluminium indien, Hindalco Industries, a annoncé dimanche qu'il achetait pour 6 milliards $ US en liquide la société américaine Novelis.

Cet achat, qui doit encore être approuvé par les actionnaires de Novelis, intervient dix jours après l'acquisition du sidérurgiste européen Corus par l'indien Tata Steel pour 11,7 milliards $ US, la plus grosse opération jamais réalisée par un groupe indien à l'étranger.

Hindalco est une filiale du groupe indien Aditya Birla.

Dans un communiqué reçu dimanche, il a dit compter boucler la transaction au deuxième trimestre 2007, un achat en liquide de six milliards de dollars, incluant 2,4 milliards de dettes.

«C'est la plus grande acquisition par l'Inde d'une société nord-américaine et (cela) va nous catapulter dans la liste des 500 entreprises (du classement du magazine) Fortune», s'est félicité Kumar Mangalam Birla, le président du groupe Aditya Birla.

Novelis est un des leaders des produits d'aluminium en Europe et en Asie, présent dans onze pays et employant 12 500 personnes. Il compte parmi ses clients les géants de l'automobile General Motors et des sodas Coca-Cola.

Selon M. Birla, son groupe devrait faire grossir son chiffre d'affaires de 11,8 à 20 milliards de dollars par an.

Il a promis de «conserver tous les employés de Novelis et (...) ne pas projeter de fusionner les deux groupes».

Les entreprises indiennes se lancent sans complexe à l'assaut de l'Occident, dopés par une croissance économique en Inde de quelque 9% par an, la deuxième plus forte des principales économies mondiales, juste derrière la Chine.

Avant l'achat de Corus par Tata Steel le 31 janvier et celui de Novelis par Hindalco dimanche, les entreprises indiennes s'étaient emparées de concurrents étrangers pour 7,2 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2006 contre 4,5 milliards en 2005, selon le cabinet britannique Dealogic.

Elle compte faire son acquisistion cours du deuxième trimestre 2007. L'opération, déjà approuvée par le conseil d'administration du groupe nord-américain, doit encore recevoir le feu vert des actionnaires.

«La combinaison de Novelis et de Hindalco dans le marché en expansion rapide qu'est l'Asie présente une perspective intéressante», a déclaré le chef de la direction de Novelis, Ed Blechschmidt, dans un communiqué de Hindalco.

«Nous somme très emballés, a déclaré le milliardaire Kumar Mangalam Birla, président de Aditya Birla Group. La chimie entre Hindalco et Novelis est excellente. Cette acquisition fait partie de notre stratégie d'expansion globale. »

M. Birla ne prévoit pas fusionner les deux entreprises.

«Il n'y a pas d'avantage marqué de faire une telle fusion pour l'instant. Nous n'avons pas de projet en ce sens pour l'instant, mais ça ne veut pas dire qu'il n'y aura jamais de fusion. »

Cette acquisition poursuit la vague de consolidations qui déferle sur l'industrie des métaux, après la prise de contrôle du géant canadien Dofasco par l'européenne Arcelor, qui a elle-même été achetée par Mittal.

Société séparée

Novelis qui s'est constituée, par essaimage, en société séparée quand Alcan a fait l'acquisition de la compagnie française Pechiney SA, une acquisition qui faisait de la compagnie québécoise l'une des plus importantes compagnies métallurgiques dans le monde.

La compagnie produit des feuilles d'aluminium utilisées dans l'industrie automobile et dans la construction, recycle des canettes d'aluminium et fournit plusieurs compagnie dans les domaines de l'automobile, des transports, de l'alimentation, de la machinerie et de l'impression.