La papetière Cascades (T.CAS) espère que les nouvelles préoccupations environnementales des consommateurs lui permettront d'augmenter les ventes de ses produits écologiques.

Presse Canadienne

La papetière Cascades [[|ticker sym='T.CAS'|]] espère que les nouvelles préoccupations environnementales des consommateurs lui permettront d'augmenter les ventes de ses produits écologiques.

L'entreprise, qui est établie à Kingsey Falls, au Québec, est un des plus importants producteurs canadiens de produits de papier recyclé.

«Nous sommes en bonne position sur ce marché avec notre offre de produits recyclés, qui profitent de la nouvelle préoccupation environnementale des consommateurs», a expliqué jeudi le président et chef de la direction, Alain Lemaire, lors d'une conférence téléphonique pendant laquelle il a aussi dévoilé les plus récents résultats financiers de l'entreprise.

Cascades a enregistré une perte nette de 46 M$, ou 0,56 $ par action, au cours de son quatrième trimestre de 2006, en baisse comparativement à sa perte nette de 104 M$, ou 1,28 $ par action, inscrite à ses livres un an plus tôt.

Les ventes de l'entreprise, pour la période terminée le 31 décembre dernier, se sont, pour leur part, élevées à 876 M$, en hausse par rapport aux 810 M$ obtenus un an auparavant.

Ces gains ont été réalisés en dépit d'une concurrence étrangère accrue, d'une augmentation du coût de la fibre de papier et de la volatilité des prix de l'énergie.

«Nous sommes en bonne position pour améliorer notre performance pendant que nous traversons cette période particulière, et nous sommes en excellente position pour continuer à le faire», a ajouté M. Lemaire.

Il a aussi révélé que Cascades a retranché l'an dernier 125 000 tonnes à ses émissions de gaz à effet de serre, soit 10% de ses émissions totales.

L'attention portée par l'entreprise à l'environnement devrait lui donner un avantage concurrentiel, estime un analyste.

«Quand les maisons d'édition disent vouloir utiliser de plus en plus de produits écologiques, ça a une implication directe pour une entreprise comme Cascades, a dit Pierre Lacroix, de Valeurs mobilières Desjardins. Je ne vous dis pas qu'il y aura des retombées directes (...) mais la tendance va continuer et ils vont en profiter.»

M. Lemaire a ajouté qu'il s'attaquera aussi, en 2007, au redressement de certaines activités moins performantes, notamment en Europe. Il pourrait notamment adapter une stratégie mise en place ici il y a deux ans, et qui a mené à plusieurs améliorations consécutives des résultats trimestriels.

Pour l'exercice 2006, Cascades a réalisé des profits de 3 M$, ou 0,04 $ par action, par rapport à une perte de 97 M$, ou 1,19 $ par action, pour 2005.

En 2006, les ventes de la compagnie ont été de 3,4 G$, comparativement à 3,3 G$ en 2005.

En 2006, Cascades a eu de meilleurs résultats dans les secteurs de l'emballage et du tissu en raison, principalement, des prix et des expéditions en hausse combinés à des dépenses d'énergie et d'amortissement moindres. Les résultats ont aussi bénéficié d'un impact positif attribuable à une attention particulière portée aux actifs moins performants et à un contrôle généralisé des coûts, a indiqué l'entreprise jeudi.

Cascades a par ailleurs annoncé jeudi que son groupe tissu investira 15 M$ US à son usine de Memphis, dans l'Etat du Tennessee, afin de doter cette dernière d'une chaîne de désencrage.

«Combinant de l'équipement neuf ainsi qu'une portion des équipements acquis à Hagerstown en septembre dernier, cette toute nouvelle chaîne de désencrage sera à la fine pointe de la technologie et permettra à l'usine d'être des plus concurrentielles», a expliqué l'entreprise.

L'usine de Memphis a été acquise en 2004 d'American Tissue. Elle produit du papier fait à 100% de déchets recyclés après consommation.