Deux importants propriétaires immobiliers de Montréal viennent d'être mis à l'amende pour avoir caché 1 M$ de revenus au fisc, a appris La Presse Affaires.

Francis Vailles

Deux importants propriétaires immobiliers de Montréal viennent d'être mis à l'amende pour avoir caché 1 M$ de revenus au fisc, a appris La Presse Affaires.

Les démarches de Revenu Canada visent plus précisément Placements Melcor et ses propriétaires à parts égales, Jack Sofer et Mike Yuval. Les deux promoteurs sont surtout connus comme les actionnaires du Groupe Tidan.

Le groupe possède de multiples hôtels, édifices commerciaux et immeubles résidentiels dans la région de Montréal. Les immeubles non résidentiels de l'entreprise totalisent 2,5 millions de pieds carrés, l'équivalent de près de deux fois le principal édifice de la Place Ville-Marie.

Parmi leurs immeubles connus, mentionnons le Club Mount Stephen, rue Drummond, et l'hôtel Château Versailles-Méridien, rue Sherbrooke Ouest, que le magazine Condé Nast considère comme l'un des 25 meilleurs endroits d'hébergements en Amérique.

La semaine dernière, Melcor Investments a plaidé coupable à une accusation d'évasion fiscale d'un million de dollars devant la Cour du Québec. L'agence du revenu du Canada a imposé une amende de 240 000 $ à l'entreprise.

En plus de cette amende, Jack Sofer et Mike Yuval doivent rembourser l'impôt éludé - environ la moitié du million de dollars - auquel s'ajoute probablement une pénalité pour fausse déclaration, qui équivaut à 50 % du montant éludé. Au total, les chèques à Revenu Canada et Revenu Québec devraient donc dépasser le million de dollars.

L'évasion fiscale s'est étendue sur les années 2000 à 2004, indique un communiqué de Revenu Canada. L'agence ne donne pas de détails sur le stratagème utilisé, mais La Presse Affaires a pu en savoir plus en consultant les mandats de perquisition liés à cette affaire.

Selon ces mandats, le tandem Sofer-Yuval inventait de fausses dépenses, grâce à la participation de l'entreprise Distributions R-Mat. Cette entreprise non liée «est une compagnie accomodatrice (sic) qui remet de fausses factures pour de faux travaux», est-il écrit dans l'un des annexes du mandat de perquisition.

R-Mat encaissait les chèques du tandem, mais leur retournait la somme en argent comptant, selon le mandat. Le stratagème impliquait le Château St-Marc, notamment, un immeuble multi-résidentiel de 22 étages sur la rue St-Marc, en plein coeur de Montréal. L'édifice pourrait avoir changé de main depuis.

Le fisc reproche également à la famille Sofer d'avoir mis des dépenses personnelles sur la carte de crédit de l'entreprise Melcor (vêtements, arts martiaux, golf, etc.). Outre Melcor, la dénonciation fait également mention de Ferack Holdings et de Monyu Holdings, propriétés des familles de MM. Sofer et Yuval, deux hommes d'affaires âgés de 66 et 67 ans.

Pour mettre le stratagème au jour, une vingtaine de fonctionnaires de Revenu Canada ont été mis à contribution. Les perquisitions ayant eu lieu les 10 et 11 mars 2005, il a donc fallu deux ans de procédures juridiques et de négociations pour en venir à l'aveu de culpabilité de la semaine dernière. La saisie avait eu lieu dans les locaux de Tidan, mais également chez la firme comptable Stein Jacobs Krolik.

Proprio du Mont Gabriel

Fondée dans les années 1970, Tidan s'est bâti une réputation de gestionnaire immobilier efficace au fil des années. Son siège social est situé au 666 Sherbrooke Ouest, un immeuble de 26 étages dont elle est propriétaire.

En plus des 2,5 millions de pieds carrés d'immeubles non résidentiels, l'entreprise a des immeubles résidentiels de plus de 500 logements et des hôtels totalisant plus de 1600 chambres, indique l'entreprise sur son site Internet.

Le groupe possède également la station de ski Mont Gabriel et l'hôtel adjacent, entre autres, de même que l'immeuble qui abrite le Club 1234, une boîte de nuit située au 1234 rue de la Montagne, à Montréal.

La Presse Affaires a laissé des messages aux deux promoteurs, mais nos appels sont restés sans réponse.