(Toronto) Les ventes de logements dans le Grand Toronto ont ralenti en août par rapport au rythme effréné observé plus tôt dans l’année, mais les conditions du marché se sont resserrées alors que l’offre a chuté de 43 % et que les prix ont encore augmenté, a indiqué vendredi la chambre immobilière de la région.

La Presse Canadienne

Au total, 8596 maisons ont été vendues dans la région en août, soit 19,9 % de moins que les 10 738 transactions enregistrées à la même période l’an dernier, a précisé la chambre. Le nombre de ventes du mois dernier représentait en outre une baisse de 8 % par rapport aux 9368 logements vendus en juillet.

Les nouvelles inscriptions dans la région ont reculé à 10 609, un nombre inférieur de 43 % à celui de 18 599 du mois d’août dernier et de 15 % à celui de 12 551 de juillet.

Le président de la chambre immobilière, Kevin Crigger, a qualifié d’alarmante la forte baisse des nouvelles inscriptions et a affirmé que les chiffres globaux montraient que l’offre de logements dans la région ne suivait pas le rythme de la demande.

La chambre immobilière prédit que les conditions de logement s’aggraveront à mesure que l’immigration reprendra et que la croissance démographique se remettra en marche, après avoir été paralysée par la pandémie de COVID-19.

La pénurie d’inscriptions survient alors que les habitations changeaient de mains à un rythme fulgurant au tournant de la nouvelle année, lorsque les acheteurs se précipitaient pour profiter des faibles taux d’intérêt.

Au fur et à mesure que l’année avançait, cette cadence a ralenti, mais le marché est resté en surchauffe avec des guerres d’enchères toujours aussi fréquentes et un moins grand nombre de maisons à vendre.

Les prix ont également continué d’augmenter – même dans les coins les plus ruraux de la région – alors que le télétravail est devenu plus courant et que les fermetures de nombreuses entreprises pendant la pandémie ont aidé les gens à économiser de l’argent pour acquérir des maisons.

Le prix moyen d’une maison dans le Grand Toronto est passé à 1 070 911 $ en août, alors qu’il était de 951 219 $ lors du même mois l’année dernière et de 1 062 256 $ en juillet.

Alors que les régions périphériques à Toronto étaient autrefois connues pour leurs prix légèrement inférieurs à ceux de la ville, la chambre immobilière a observé que le coût moyen d’une maison y avait atteint 1 108 981 $ en août, contre 923 204 $ l’année dernière.

Le prix moyen d’une maison à Toronto était de 1000 008 $ en août, en baisse par rapport à 1 012 817 $ l’année dernière.

La chambre immobilière croit que cette tendance ne s’estompera pas de sitôt et que le marché restera à l’avantage des vendeurs.

Elle a prédit en février qu’à la fin de 2021, le prix de vente moyen dans la région serait de 1 025 000 $, contre 929 692 $ en moyenne en 2020.