Des accusations pour une faillite frauduleuse de plus de 6 millions de dollars, survenue en 2006, ont été déposées hier contre Rock Robert Bilodeau, dirigeant de Gestion 2007 et Gestion 2007 International.

André Dubuc
André Dubuc LA PRESSE

M. Bilodeau, ex-courtier en assurances de personnes de 56 ans, a comparu hier matin au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

L'enquête de la Section des délits commerciaux de la GRC, en collaboration avec le Bureau du surintendant des faillites, démontre que M. Bilodeau aurait monté une combine à la Ponzi. Il s'agit d'un stratagème par lequel des gestionnaires remboursent le capital et les intérêts des investisseurs non par avec leurs placements qui ont fructifié, mais avec les contributions des autres investisseurs. Pareille structure tient le coup tant que les demandes de remboursement se font rares. Elle s'effondre quand plusieurs investisseurs réclament leurs sommes en même temps.

Les sociétés de M. Bilodeau ont fait faillite en 2006.

La GRC reproche aussi à Bilodeau de ne pas avoir tenu les registres comptables, les placements et les investissements de façon appropriée.

Fondée en 2001, Gestion International 2007 recrutait des investisseurs en leur promettant des rendements irréalistes, allant de 2 à 10% par mois, pour des produits financiers internationaux qui se sont révélés fictifs. Les placements étaient présentés comme étant sûrs et offerts par l'entremise de la banque privée Edmond de Rothschild Europe, au Luxembourg, afin de rassurer les investisseurs et donner une prestance. À la place, il consentait des prêts douteux, comme, par exemple, un prêt de 180 000$ à une boutique érotique de Sainte-Foy qui s'est avéré irrécupérable.

Lourdes conséquences

Dans un communiqué, la GRC rappelle qu'accumuler du crédit tout en se sachant dans l'impossibilité de rembourser les dettes peut constituer un acte criminel. Les conséquences d'une faillite frauduleuse peuvent prendre diverses formes: statut de failli dans le registre public, amende et peine d'emprisonnement et un dossier criminel.

M. Bilodeau fait aussi l'objet d'accusations au pénal par l'Autorité des marchés financiers (AMF) qui a déposé 434 chefs d'accusation à son égard le 3 février 2011. L'AMF réclame plus de 8 millions et une peine d'emprisonnement à l'égard de Rock Robert Bilodeau.

M. Bilodeau a déjà été titulaire d'inscriptions à titre de représentant en assurance de personnes et en assurance collective de personnes. Il a aussi été courtier en épargne collective.