Des ingénieurs californiens ont mis au point un matériau capable de suivre la lumière du soleil, comme les tournesols.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

« Cette découverte pourrait améliorer la capacité des matériaux emmagasinant l’énergie du soleil, en faisant en sorte qu’ils suivent automatiquement la direction du soleil », explique les ingénieurs de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) dans un communiqué.

Les matériaux mis au point par UCLA ont une forme de tige. En novembre dans la revue Nature Nanotechnology, les chercheurs californiens décrivent leur invention, une combinaison de nanomatériau photosensible et de polymère thermosensible. Le nanomatériau transforme la lumière en chaleur, amenant le polymère à se contracter du côté exposé à la lumière. Cela amène les tiges à se pencher. Quand le sommet des tiges fait face à la lumière, le mouvement vers le bas arrête.

Cette invention, surnommée SunBOT, pourrait permettre aux panneaux solaires d’être plus efficaces. Les ingénieurs de UCLA ont mis trois ans à mettre au point ces tiges, qui imitent les tournesols.

« La quantité de lumière captée par un panneau solaire à Los Angeles pourrait être doublée, voire même quadruplée en début et en fin de journée, quand la lumière du soleil arrive sur terre avec un angle », affirme dans le communiqué Ximin He, un ingénieur des matériaux de UCLA qui est l’auteur principal de l’étude de Nature Nanotechnology. A ce moment, un panneau solaire ne capte que 24 % de l’énergie solaire, alors que l’invention de M.  Ximin en capte 90 %.

Des systèmes mécaniques peuvent orienter les panneaux solaires vers la lumière, mais ils consomment de l’énergie et doivent être entretenus. Ces systèmes mécaniques ne sont pas utiles pour les voitures, parce que les mouvements des panneaux solaires seraient trop fréquents.