Les paramédicaux de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) ont lancé dimanche après-midi une vidéo pour dénoncer leurs conditions salariales.

Mis à jour le 12 déc. 2021
Mayssa Ferah
Mayssa Ferah La Presse

Sans convention collective depuis avril 2020, ils déclencheront une grève renforcée sous peu. Une vidéo destinée au public intitulée « Appel au respect » était diffusée en marge de la manifestation tenue à Montréal au Quartier des spectacles.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

Ils étaient une trentaine de personnes à brandir des pancartes affichant des slogans destinés au gouvernement Legault.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

« Nos conditions de travail devraient être prioritaires aussi aux yeux du gouvernement… Or, après des mois de négociations, le gouvernement nous oublie. Quand on se compare aux autres métiers d’urgence, les conditions de travail et le salaire ne sont pas au rendez-vous », estime le représentant du secteur préhospitalier à la FSSS–CSN, Jean Gagnon.

Le gouvernement, de son côté, propose une augmentation salariale de 2 % par année sur deux ans.

Quelque 3500 paramédicaux sont membres de la FSSS–CSN.

« Les paramédics sont sans conteste un groupe prioritaire pour l’État et ça ne paraît pas du tout dans les propositions du gouvernement. Leur travail est absolument indispensable et il doit être mieux reconnu. La CSN les soutiendra jusqu’à ce qu’ils obtiennent gain de cause », enchaîne la vice-présidente de la FSSS–CSN, Lucie Longchamp.