(Québec) Québec étend son plan de primes d’attraction et de rétention d’infirmières aux maisons de soins palliatifs. L’Alliance des maisons de soins palliatifs réclamait son inclusion pour éviter l’exode du personnel vers le réseau public.

Fanny Lévesque
Fanny Lévesque La Presse

Le personnel infirmier travaillant dans les 37 maisons de soins palliatifs de la province pourra toucher les primes de rétention offertes par le gouvernement Legault, dans un effort de recrutement d’infirmières à temps complet. L’information d’abord obtenue par La Presse a été confirmée vendredi par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

« À la suite de discussions avec l’Alliance des maisons de soins palliatifs du Québec, il a été décidé d’étendre au personnel infirmier de l’ensemble des maisons en soins palliatifs le montant forfaitaire de 15 000 $ accordé au personnel infirmier et cardio-respiratoire qui s’engage à travailler à temps complet pour la prochaine année », a indiqué le Ministère par courriel.

Mardi, La Presse a rapporté que l’Alliance des maisons de soins palliatifs déplorait les effets du programme de primes allant de 12 000 $ à 18 000 $ par infirmière sur le terrain alors que le recrutement devenait plus difficile. Des maisons expliquaient également que leur personnel était sollicité par les CIUSSS et CISSS pour se joindre au secteur public.

Lisez « On est en train de déshabiller Pierre pour habiller Paul »

Évoquant un souci d’équité, le Ministère avait étendu la semaine dernière les primes aux CHSLD privés non conventionnés et aux résidences privées pour aînés, mais pas aux maisons de soins palliatifs.

Cette décision avait provoqué des réactions chez les membres de l’Alliance, a indiqué la présidente de l’Alliance, Marie-Julie Tschiember. Les maisons de soins palliatifs sont aussi aux prises avec la pénurie de main-d’œuvre alors que 80 % sont en manque de personnel, a dit Mme Tschiember à La Presse.

Dans un courriel, vendredi, Mme Tschiember a expliqué que la décision du gouvernement était une « véritable reconnaissance du travail [des maisons de soins] dans le continuum de soins et dans les trajectoires prioritaires du MSSS ». « L’inclusion des travailleurs de nos maisons de soins palliatifs dans ces modalités est une reconnaissance de leur juste valeur », a-t-elle ajouté.

« Les maisons de soins palliatifs contribuent de façon importante à l’offre de services à la population. L’attraction et la rétention du personnel infirmier au sein des maisons de soins palliatifs sont essentielles afin d’offrir des soins de qualité aux personnes en soins palliatifs et de fin de vie et à leurs proches », écrit également le Ministère.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a annoncé, le 23 septembre dernier, un plan d’embauche évalué à 1 milliard pour recruter des infirmières à temps complet. L’Alliance emploie environ 1400 professionnels de la santé, dont au moins la moitié sont des infirmières et des infirmières auxiliaires.