(Montréal) La consommation de mangues congelées est probablement à la source d’une éclosion d’hépatite A au Québec et en Nouvelle-Écosse, a rapporté vendredi l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC). Un rappel est en vigueur sur certains lots de ce produit.

Coralie Laplante
Coralie Laplante La Presse

L’ASPC a mené une enquête sur la provenance du virus, au moment où des cas récents de la maladie venaient de lui être signalés.

« Deux des personnes qui sont tombées malades ont déclaré avoir consommé des mangues congelées avant que ne se manifeste la maladie. Les mangues congelées restantes ont été récupérées dans le domicile des personnes malades et un test a révélé la présence du virus de l’hépatite A », a expliqué l’ASPC par voie de communiqué.

Divers produits de mangues congelées font l’objet d’un rappel au Québec, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse. D’autres provinces et territoires pourraient avoir reçu ces fruits.

Des lots de mangues congelées des marques Nature’s Touch, Compliments, Irrésistibles et Le Choix du Président sont inclus dans le rappel. Il est conseillé de ne pas les consommer.

Consultez le site de l’Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) pour plus de détails

Aucun décès ou hospitalisation ne sont liés à l’éclosion d’hépatite A. En date du 31 juillet, deux cas ont été recensés au Québec et un cas en Nouvelle-Écosse. L’ACIA poursuit ses démarches afin de vérifier que d’autres produits alimentaires ne soient pas touchés.

Les symptômes de l’hépatite A les plus fréquents sont la fièvre, la perte d’appétit, des nausées, des vomissements, une urine foncée et des crampes abdominales. Un jaunissement de la peau et du blanc des yeux peut aussi être observé.

Les manifestations de la maladie apparaissent généralement 14 à 28 jours après l’exposition au virus, mais après 50 jours dans certains cas. Il est possible de transmettre l’hépatite A à une autre personne, même si aucun symptôme n’est ressenti par la personne infectée.

L’ASPC recommande aux personnes qui ont des symptômes de l’hépatite A ou qui ont consommé les produits visés par le rappel de consulter un médecin. « La vaccination peut prévenir l’apparition des symptômes si elle est reçue dans les quatorze jours qui suivent l’exposition », précise l’organisation.