Alors que l’achalandage est « important » à l’urgence de l’Hôpital de Granby samedi, la direction du CIUSSS de l’Estrie demande aux gens présentant des problèmes de santé « mineurs » d’éviter les lieux, afin de limiter les risques de transmission de la COVID-19.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

« On demande aux gens qui le peuvent de se tourner vers d’autres options, comme le 811, un pharmacien ou encore les groupes de médecine familiale. Évidemment, si la situation est urgente, il faut continuer de se présenter », indique une porte-parole de l’organisation, Marie-France Thibeault.

Elle ajoute que dès le début de la matinée, le taux d’achalandage était plus soutenu qu’à la normale. Néanmoins, la situation « n’est pas attribuable à la COVID-19 ». C’est surtout que davantage de personnes se sont présentées sur place pour des problèmes de santé « mineurs ».

« Si nous lançons cet appel, c’est parce que nous devons être en mesure d’assurer l’accessibilité des soins et des services à la population. La meilleure façon d’y arriver est de diriger les personnes vers le bon endroit où les recevoir en fonction de leurs besoins », a indiqué la directrice générale adjointe du programme de santé physique du CIUSSS, Karine Duchaineau.

Dans un communiqué, le CIUSSS ajoute que sur le territoire de la Haute-Yamaska, « près de neuf personnes sur dix » ont un médecin de famille (89,7 %). « Plusieurs personnes peuvent avoir un rendez-vous dans un délai de 36 à 48 heures », indique-t-on.

Une situation « fragile »

Ce nouvel appel à la vigilance survient alors que l’Hôpital de Granby demeure dans une situation « fragile ». Quatre éclosions sont actives dans quatre secteurs différents de l’établissement, rappelle Mme Thibeault. Au centre d’hébergement Leclerc, qui est situé dans l’hôpital, on compte maintenant six usagers et sept employés infectés.

Trois autres départements hospitaliers sont aussi touchés ; le premier compte neuf résidants et cinq membres du personnel touchés, dont l’un d’eux est décédé. Le second comporte quant à lui cinq usagers et huit employés testés positifs. Dans le dernier cas, c’est moins de cinq personnes qui ont contracté la COVID-19.

« C’est là toute l’importance de notre appel à la population : moins on a d’achalandage, moins il y a de risque de propagation », résume ainsi Mme Thibeault.

Samedi, en fin de journée, le taux d’occupant de l’urgence de l’hôpital atteignait 100 %, selon les données en temps réel disponibles sur le site d’Index Santé.