Le nombre de demandes d’aide médicale à mourir augmente d’année en année au Québec. Du 1er avril 2019 au 30 mars 2020, 1776 aides médicales à mourir ont été administrées dans la province. Il s’agit d’une hausse de près de 40 % des cas par rapport à l’an dernier.

Ariane Lacoursière
Ariane Lacoursière La Presse

Selon le rapport annuel de la Commission sur les soins de fin de vie déposé mardi, les cas d’aide médicale à mourir représentent 2,6 % du nombre total de décès survenus en 2019-2020. Les trois quarts des patients réclamant l’aide médicale à mourir souffrent de cancer. Leur moyenne d’âge est de 73 ans. La majorité des demandeurs (53 %) sont des hommes et 47 % sont des femmes. La majorité de ces personnes (86 %) avaient un pronostic vital de moins de six mois au moment d’obtenir l’aide médicale à mourir.

C’est à l’hôpital que la majorité des démarches d’aide médicale à mourir sont effectuées (65 %), suivies du domicile (20 %), des CHSLD (10 %) et des maisons de soins palliatifs (4 %).

Alors que seulement deux maisons de soins palliatifs offraient l’aide médicale à mourir il y a cinq ans, elles sont aujourd’hui 17, soit la moitié de ces établissements, à le faire.

Dans le rapport, il est souligné que la pandémie de COVID-19 a limité l’accès à l’aide médicale à mourir à certains endroits. Notamment parce que certains médicaments étaient plus difficiles à obtenir. La Commission dit être intervenue auprès du ministère de la Santé pour s’assurer que l’accès à l’aide médicale à mourir soit maintenu, même en temps de pandémie « afin de respecter les volontés de fin de vie des gens qui ont voulu se prévaloir de ce soin ultime ».

Nombre de cas d’aide médicale à mourir au Québec

•2015-2016 : 63

•2016-2017 : 599

•2017-2018 : 968

•2018-2019 : 1279

•2019-2020 : 1776