L’hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR) a beau être la bouée de sauvetage de la population de l’est de Montréal qui est plongée dans l’épicentre de la pandémie de COVID-19, sa reconstruction ne fait pas partie des projets prioritaires du gouvernement Legault, déplorent en chœur le chef des soins intensifs et le comité des usagers.

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

Cette absence de la liste des 202 projets d’infrastructure annexée au projet de loi 61 afin de relancer l’économie du Québec et atténuer les conséquences de l’état d’urgence sanitaire a été une véritable surprise pour le DFrançois Marquis et pour Ricky Smith, du comité des usagers. Leur hôpital « tient avec du grillage » et ne pourra pas être encore « debout dans 10 ans », plaident-ils.

« À Maisonneuve-Rosemont, on a démontré que malgré un bateau qui prend l’eau, on a eu une incroyable performance pour notre population depuis le début de la pandémie. On aurait pu se cacher dans un trou et dire aux autres hôpitaux de se débrouiller parce qu’on est dans un hôpital vétuste. Mais on n’a jamais lâché notre population et on a été à 100 % avec le gouvernement », affirme le DMarquis.

La COVID-19, c’est le dernier grand combat de Maisonneuve-Rosemont. Il y a trop de trous dans la cale du bateau.

Le DFrançois Marquis, chef des soins intensifs à HMR

Le constat est semblable du côté du comité des usagers. Le président Ricky Smith est inquiet. « Je pense avoir plus de chances de voir une parade de la Coupe Stanley qu’un nouveau pavillon à Maisonneuve-Rosemont », ironise-t-il. Pour M. Smith, il est évident que « l’est de Montréal est mis de côté » et « négligé comme d’habitude ».

MM. Marquis et Smith espèrent convaincre le gouvernement d’inclure le projet de modernisation de HMR qui est à l’étude depuis deux ans (projet estimé à 1,8 milliard). En 2018, c’était déjà une urgence, rappelle le DMarquis. « On n’a pas demandé une station spatiale. Le devis prévoit un hôpital standard, universitaire et de qualité […] pour servir une population standard qui nécessite des soins de qualité », explique-t-il.

Le DMarquis a encore bon espoir que le premier ministre Legault et son équipe effectueront un virage de dernière minute. « Je peux difficilement croire comme médecin, comme citoyen de l’est de Montréal, que le gouvernement a oublié sciemment ce projet. Ça ne se peut pas », dit-il avant d’ajouter qu’il porte peut-être des « lunettes roses de licorne ».

Ricky Smith a analysé la liste gouvernementale des projets prioritaires en milieu hospitalier. Il y voit des projets tout autour de Montréal, prévus dans des secteurs plus favorables au parti de François Legault. Le comité des usagers a frappé à la porte de la ministre responsable de la métropole, Chantal Rouleau, sans obtenir de réponse satisfaisante. La ministre Rouleau n’a pas le poids politique nécessaire pour faire la différence au sein du gouvernement, soutient M. Smith. « Sa voix ne porte pas », ajoute-t-il.

Le cabinet de la ministre Rouleau n’a pas rappelé La Presse. La mairesse Valérie Plante n’était pas disponible mardi pour commenter la situation découlant du projet de loi. Le comité des usagers entend se tourner tout de même vers les élus municipaux, espérant un « peu plus de leadership » pour défendre l’est de Montréal.